Tous les articles par Valérie Beaufay

L’indulgence : commençons par nous-même !!!

photo indulgence

Tous, à un moment, nous effectuons un acte qui n’est pas à notre goût : pas bien ou pas assez bien réalisé .

Nous nous en voulons et nous sentons seuls et perdus comme un ours sur un bord de route…

Pourquoi tant de haine envers nous-même ? N’avons-nous pas nous aussi droit à notre propre indulgence ?

Apprenons à être indulgent et gentil avec nous-même !!!

Nous trouvons de nombreuses excuses aux autres pour, plus ou moins, justifier leurs actes mais à nous, nous ne passons rien!!! Pourquoi ? Ne sommes-nous pas la personne la plus importante pour nous-même ?

Nous avons tous le droit à l’erreur. L’important est de voir comment faire mieux la prochaine fois et ne pas la reproduire.

Rien ne sert de ruminer les actes négatifs. Concentrons-nous sur le positif !!!

Qu’avons-nous réalisé de bien aujourd’hui ?I l y a de nombreux actes parfaitement réalisés par nous-même aussi !! « Oui mais ça c’est normal ! » NON ce n’est pas normal !!! Vous avez réalisé plein de belles choses, repassez-les en revue et ne les oubliez pas car elles aussi sont importantes.

Apprendre à s’aimer, c’est aussi apprendre à se pardonner et à être indulgent envers soi-même.

Comme en couple ou en amitié où parfois nous « faisons des efforts » et passons l’éponge, accordons-nous aussi ce crédit, soyons gentils avec nous-mêmes .

Cela permettra de se dépasser, s’enrichir et d’encore plus croire en soi.

N’oubliez jamais que votre meilleur ami, c’est vous.

photo compassion, pardon

Belle journée à tous.

Article Valérie Beaufay. Rejoignez-moi sur  http://www.facebook.com/groups/etresoi.es

Pour apprendre à vous aimez et développez la compassion envers vous-même, pratiquez les exercices de la formation Confiance en soi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bêtise : certitude ou raison? Intelligent et stupide ?

image plageNous sommes tous comme ces pierres…semblables et pourtant tellement différents

Nous aimons dire de l’autre « qu’il est bête ». L’est-il vraiment ? Et puis bête par rapport à quoi ? À qui? « Bête », qu’est-ce que ça veut dire ?

Nous avons tous des compétences acquises au fil de notre histoire. Tous, nous avons des acquis que nous estimons notre force, valoriser par nous et par notre entourage. Vous êtes bon en cuisine, très doué en jardinage,…

En parallèle, nous avons des domaines où ne ne sommes pas aussi compétents . Or, ce n’est pas parce que je suis bonne cuisinière que je vais savoir réparer mon robinet de salle-de-bain…peut-être que oui mais peut-être pas…

En tous les cas, cela ne fait en rien de moi une personne bête. Je suis incompétente dans un domaine et ce, par manque de connaissances, ce qui est totalement différent.

De même, si dans une situation, je ne comprends pas, pourquoi ne pas le dire ? [inlinetweet prefix= » » tweeter= » » suffix= » »]Se taire mène à un sentiment d’insécurité et ne fait qu’augmenter l’incompréhension. [/inlinetweet]Accepter de ne pas comprendre est aussi savoir rester ouvert aux idées des autres et à d’autres connaissances. Cela permet de s’enrichir.

Enfin, nous avons tous un jour ou l’autre effectué une demande à quelqu’un et celui-ci ne l’a pas réalisé comme nous le souhaitions…

Or, notre requête se fait en fonction de nos propres connaissances… Mais nos acquis sont-ils les mêmes que ceux de l’autre ? Cette personne avait-elle tous les éléments en main pour bien réaliser la demande ? Avions-nous donné toutes les informations requises ? Avions-nous bien expliqué ce que nous souhaitions vraiment obtenir? A nous de nous adapter à l’autre pour une meilleure compréhension par cette personne de la demande .

Vous estimez avoir parfaitement adapté votre demande à la personne? Quelle chance !!! Cela justifie-t-il néanmoins que cette personne soit cataloguée bête ? Bête ou incompétente sur cette action précise ? La différence est de taille…

A nous d’apprendre à accepter nos différences sans jugement prématuré parce que demain, le bête dans une autre situation, ce sera peut-être nous…. et là, nous aussi, nous souhaiterons un regard bienveillant de celui qui se trouve devant nous…

Life-of-Pix-free-stock-photos-fish-sea-life-juliacaesar

Article Valérie Beaufay.

Pour apprendre à sortir du jugement, nous vous recommandons les livres suivants :

Vous pourriez aussi être intéressé par les articles suivants :

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’impact des mots : l’importance des bons choix.

«  Tu es nul », « quel con », « tu n’arriveras jamais à rien », « je te déteste »…

A l’inverse : « tu es génial », « c’est super ce que tu as fait », « bravo », « je suis fier de toi », « je t’aime »…

Combien de fois avons-nous entendu ou prononcé ces mots ?

Des phrases qui sont parfois dites sans même les penser mais qui peuvent avoir un impact désastreux ou révélateur pour la personne qui les l’entend.

Ces mots qui nous paraissent anodins ou sans conséquence sont riches de sens : ils peuvent détruire ou au contraire aider chacun à se construire et à avancer.

Grâce aux mots nous communiquons nos joies, nos peines, nos doutes et nos envies. Il est important de bien choisir les mots.

N’oubliez jamais qu’entre ce que vous souhaitez dire, ce que vous allez dire, ce que l’autre entend et ce qu’il comprend, la marge va parfois être très conséquente…

Comme nous l’avons vu précédemment la perception du sens des mots va varier d’un individu à un autre. Il est donc important de premièrement bien réfléchir à ce que nous souhaitons dire :

  • Quel message voulez-vous faire passer ?
  • Quel impact voulez-vous en retirer ?
  • Que souhaitez-vous comme réaction de la part de la personne ?

Deux axes vont être possibles : positif ou négatif .

Si vous avez une remarque négative à formuler à quelqu’un, réfléchissez-y.

  • Premièrement est-ce vraiment important à dire?
  • Y a -t-il d’autres points positifs que vous pouvez également mettre en avant en formulant cette remarque ?

Trop souvent nous réagissons à chaud sur des situations qui sur le moment nous choquent ou nous blessent pour ensuite regretter ce qui a été dit. Prenons ne fût-ce que 2 minutes pour analyser posément la situation et réfléchir à ce que nous pensons avoir compris car ce qui nous blesse est notre interprétation de la situation mais peut-être n’est-ce pas la bonne.

Réfléchissons ensuite à ce que nous voulons vraiment dire à l’autre va permettre d’ éviter de nombreuses frustrations inutiles, de vexer l’autre et de diminuer la qualité de la relation.

image importance des mots
A l’inverse, les bons mots vont aider l’autre dans son développement, le renforcer dans sa confiance en lui et enrichir votre relation.

Vous êtes contents pour quelque chose?dites-le !

Vous êtes fier d’un acte et d’une personne ? Dites-le lui.

Nous oublions trop souvent de dire ce qui est bien à l’autre, nous nous focalisons sur le négatif et mettons trop souvent de côté le positif.

Le positif est tout aussi important. « Mais c’est évident ! » et bien non ça n’est pas évident!!! Non, là où pour vous cela coule de source, l’autre a peut-être envie d’entendre de votre bouche ces mots si forts pour lui.

Oser dire le positif

En résumé, réfléchissons bien avant de dire des choses blessantes et n’oublions jamais de dire les choses positives.

Les petits mots du quotidien réchauffent le cœur et encouragent l’autre, en ayant, là aussi, un impact que nous sous-estimons parfois. Qui n’a jamais été remotivé un jour de mauvaise forme par un bon mot et un sourire d’un inconnu ? A nous demain d’être aussi cette personne.

« Ne laissez pas le monde changer votre sourire mais laissez votre sourire changer le monde »

image importance de dire le positif

Article Valérie Beaufay

Vous n’osez pas dire les choses ou vous les dites de façon trop directe ? Vous aimeriez faire des critiques constructives qui permettent de faire grandir vos relations ? Vous ne savez pas trop comment dire le positif ? Découvrez des conseils concrets et de nombreux exercices pratiques dans nos formations Confiance en soi et Relations de couple épanouissantes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Notre perception : est-ce vraiment la bonne ?

En toutes circonstances, nous avons une perception d’une situation donnée, en fonction des informations qui sont en notre possession, mais aussi de notre ressenti, de notre intuition et de notre passif. Tout cela va donner une visualisation d’une situation donnée, interprétée avec plus ou moins de véracité suivant les faits, le vécu et les informations recueillies et acceptées par notre cerveau.

Voici un exemple que vous pouvez effectuer facilement : prenez des amis autour de vous et demandez leur la distance qui signifie pour eux qu’une villa est proche de la mer. Vous allez voir que certains vont vous dire 10m d’autres 2km… Pourtant, pour chacun, c’est une villa proche de la mer…

La perception de la situation est différente pour tous.

De ce fait, dans notre vie, tous les jours, nous allons adapter nos réactions en fonction de notre perception de la situation, ce qui amènera à des conséquences plus ou moins justifiées suivants notre interprétation.

Mais cette perception était-elle la bonne ?

Et par la même, la réaction et ses conséquences étaient-elles adéquates ?

Avions-nous vraiment tous les éléments en main pour analyser correctement cette situation avant de réagir?

Regardez un instant cette photo. Que voyez-vous ?

perception

Votre passif, votre humeur, vos ressentis vont influencer votre point de vue.

Si vous êtes d’humeur maussade, vous allez vous dire qu’il est triste, seul assis sur un banc…

Mais si vous êtes d’humeur joyeuse, vous allez imaginer qu’il attend l’amour de sa vie…

Ou un tas d’autres possibilités en fonction de tout ce bagage que nous avons tous en nous. Les interprétations divergent (parfois en totale opposition) et pourtant c’est la même photo.

Dans notre quotidien, c’est la même chose. Par exemple, quand nous nous trouvons face à une situation qui nous contrarie (énervement, vexation, frustration), ne pas répondre de suite peut être bénéfique. Cela permettra de prendre du recul et d’ analyser si nous avons bien tous les éléments en main pour juger cette situation sereinement et ainsi y répondre de manière adéquate.

A nous donc d’être vigilant à nos réactions et à leurs conséquences en fonction de l’interprétation de situations données.

photo-1414849424631-8b18529a81ca

« Si tu veux voir le visible, regarde l’invisible avec les yeux grands ouverts » Talmud

Article Valérie Beaufay

 

Vous pourriez aussi être intéressez par les articles suivants :

Besoin d’aide pour prendre du recul et analyser sereinement une situation ? Cindy vous accompagne par courriels, skype ou en face à face.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Gestion du temps : l’importance de ne pas s’oublier.

« Pas le temps », « débordée », « plus tard » combien de fois n’a-t-on pas prononcé ces mots…

Nous courrons tous dans cette gestion d’activités, cette jonglerie de vie personnelle et professionnelle où nous essayons en sus de prendre un peu de temps pour nous …

gestion du temps 1

Mais essayons nous vraiment? Le prenons-nous vraiment ? Quand vous êtes-vous la dernière fois accordé du temps pour vous , pour faire quelque chose qui vous plaisait vraiment ?

Combien de fois avez-vous reporté une activité qui vous ferait plaisir au profit d’une « urgence » ?

Où est vraiment l’urgent ?

Qui est la personne la plus importante pour nous ?

N’est-ce pas nous même ? Pourquoi nous oublions nous tant de fois au profit de tant d’activités qui finalement, ne nous satisfont pas ? Étaient-elles vraiment nécessaire ? Qu’est-ce qui nous empêche de penser à nous ?

« oui mais,,, »NON !! vous êtes une personne unique, vous méritez de vous accorder un moment pour vous. La gestion des priorités passe aussi par la gestion des personnes et vous êtes la personne la plus importante pour vous. Il est donc normal que vous preniez aussi et en priorité du temps pour vous.

Quelles sont les choses vraiment importantes et urgentes ? Celles que vous ne pouvez pas déléguer, effectivement, il faudra les exécuter. Et les autres ? Celles qui sont urgentes et importantes ? A vous de penser à qui vous pourriez les déléguer afin de vous recentrer sur le principal, vous. Quant aux activités ni importantes, ni urgentes, elles attendront !

gestion du temps 2A vous maintenant de déterminer chaque jour un moment pour vous, pour vous faire plaisir, 5 minutes ou une heure, afin que chaque jour vous soyez content de votre journée, content de vous.

Apprendre à s’aimer, c’est déjà apprendre à ne pas s’oublier et à savoir prendre du temps pour soi, pour se retrouver, pour se recentrer et pour mieux s’aimer.

« Ce qui importe, ce n’est pas le temps que l’on vit, mais ce que l’on fait du temps qui nous est accordé » Martin Luther King

Article Valérie Beaufay

Pour aller plus loin :

Rendez-vous sur Hellocoton !