Comment être davantage dans l’être que dans le faire ?

Cet article est publié dans le cadre du festival « A la croisée des Blogs » organisé ce mois-ci par Cédric du blog Techniques de méditation.
 
logocroiseeblogs435_thumb1
 
Le thème proposé par Cédric est « Être ». Vous trouverez toutes les informations sur cette édition dans l’article de lancement.
 
Comment être davantage dans l’être que dans le faire ? Une question à laquelle j’essaie de répondre depuis des années. Je n’ai jamais été trop intéressée par « avoir ». Par contre, « faire » ça c’est mon truc. J’aime travailler, voyager, découvrir, lire, écrire… Et pendant longtemps, j’ai pensé être trop dans le « faire » et j’ai voulu apprendre à « être ». J’ai lu beaucoup de livres sur la spiritualité. J’ai commencé à méditer, à pratiquer la pleine conscience, la visualisation créatrice, les affirmations positives, le Mandala, la marche consciente…
 
Même si ces pratiques m’apportent bien-être et sérénité, ne suis-je pas encore dans le faire ? J’ai appris à analyser mes sensations,  à écouter les messages de mon corps. En bon coach, je me pose les bonnes questions pour découvrir qui je suis vraiment, je me rends présente dans mes discutions avec les aux autres. Mais là encore ne suis-je pas dans le faire ? Et après tout quelle importance ?
 
N’est-ce pas plutôt une question d’équilibre ?
 
équilibre  
 
Alors quel bonheur de lire ces quelques lignes du nouveau livre de Marie-Josée Arel « Dieu s’en moque » : « Exploiter notre grandeur et déployer notre potentiel, n’est-ce pas pure contemplation ? Notre gratitude doit également se traduire en action en faisant fructifier nos capacités ainsi que nos talents naturels. La contemplation doit s’incarner, de là l’importance du faire. On ne peut prôner davantage l’être que le faire, car ces deux mouvements demeurent indissociables. Ils doivent s’inscrire dans le parfait équilibre de l’Unité. Comment être dans le faire ? Comment faire dans l’être ? » Marie-Josée Arel
 
Voilà la vrai question. Il ne s’agit pas d’être davantage dans l’être que dans le faire. Mais il s’agit d’être présent à tout ce que vous faites. Voilà l’équilibre, vivre l’instant présent, être pleinement conscient de chacune de vos actions. Ce n’est pas toujours évident lorsque nous sommes pris dans le quotidien.
 
Je vous invite à essayer cet exercice proposé par Thich Nhat Hanh dans son livre « Le Miracle de la pleine conscience ».
 
Un jour de Pleine Conscience :
 
Réservez-vous un jour dans la semaine. Pour débuter, je vous conseille de prendre un jour de vacances ou un dimanche. Choisissez un jour où vous ne travaillez pas et où vous n’avez aucun rendez-vous. Ce sera une journée réservée aux tâches quotidiennes simples. Faites le ménage, la vaisselle, le linge en étant détendu.

Quand vous faites la vaisselle par exemple, prenez chaque assiette comme un objet de contemplation. Considérez chaque verre, bol, tasse comme sacré. Restez concentré sur votre respiration et soyez pleinement présent à ce que vous faites. N’essayez pas de vous débarrasser de la vaisselle en allant vite. Faites-la comme si c’était la chose la plus importante de votre vie.

Accordez la même présence à chaque tâche.  Faites les choses lentement. J’ai remarqué que pour rester en conscience, je devais faire les choses beaucoup plus lentement que d’habitude. Dès que je reprends mon rythme normal, mon esprit s’égare.

Après avoir fait le ménage, Thich Nhat Hanh propose de prendre un bain. Cela fonctionne très bien aussi si vous prenez une douche. L’exercice est le même. Ne vous pressez pas. Exécutez vos mouvements lentement et soyez conscient de chacun de vos gestes. Portez votre attention sur chaque partie de votre corps. Ressentez l’eau qui coule. Ensuite, vous pouvez par exemple vous préparer un thé. Soyez attentif à tout. Soyez conscient de la main qui prend la théière, du fait de verser l’eau dans la tasse…

Allez-vous promener au moins deux fois sur la journée. Terminez votre journée par une méditation ou un exercice de relaxation. Vous pouvez évidemment adapter ces activités. Le but est de rester pleinement concentré sur ce que vous faites, d’être pleinement conscient de chaque geste.
 
Black iron asian teapot with sprigs of mint for tea
 
C’est un exercice qui n’était pas facile pour moi au début. Et ce petit truc m’a bien aidé : je me dis dans ma tête tout ce que je fais. Exemple : je pose mon pied droit, je soulève la jambe gauche et je pose mon pied gauche. Après un moment, vous pouvez arrêter. Au début, cela vous évite de partir dans vos pensées.
 
Et vous ? Comment faites-vous pour « être » dans ce que vous faites ?
 
Je vous invite à lire les articles des autres blogueurs. Vous trouverez l’ensemble des participations sur le site DéveloppementPersonnel.org
 
Cindy

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 réflexions au sujet de « Comment être davantage dans l’être que dans le faire ? »

  1. Pour moi « être » a toujours passé par le faire. Cependant, le quoi faire a toujours été le défi, car effectivement le faire doit se « faire » avec la plus grande conscience d’être au bon endroit au bon moment. Je confirme que l’art de la présence se pratique bien par l’attention apportée aux tâches simples. En tout cas c’est comme ça que moi j’ai réussi à me ramener à moi à un moment où je m’étais perdue. Bonne journée!

  2. merci Cindy pour cet article qui répond à certaines de mes interrogations.
    Nous savons qu’ÊTRE est essentiel, mais comme tu le démontres si bien, FAIRE ne s’oppose pas, mais complète le fait d’ETRE. Il s’agit en effet de conserver un équilibre entre les deux.
    Nos actions sont ainsi des actions inspirées et puissantes.

    Encore MERCI pour ce bel article très clair comme à ton habitude.
    Danny KADA Articles récents..Un Super MasterMind bimensuel

    1. Tout à fait. J’ai souvent lutté parce que je pensais que ça s’opposait. « Être » reste très important pour moi. Mais j’ai lâcher prise. Si à certains moments, je suis beaucoup dans le « faire » c’est que j’en ai besoin (même si c’est pour apprendre à en faire moins) 😉

  3. Très bon blogue. Sujet de prédilection pour plusieurs coachs. Je suis tout à fait d’accord que l’équilibre des deux monde saura mieux nous servir. Quand notre « être » est consciemment aligné sur ses valeurs fondamentales, son action aura un impact plus résonnant et puissant.

  4. Super Cindy! J’aime beaucoup:) Être et faire ne sont pas en conflit… comme dans tout , il s’agit d’atteindre un équilibre. Je vais faire l’activité que tu proposes, je pense que ce sera difficile mais très bon pour moi. Merci :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge