Comment retrouver l’estime de soi après le suicide d’un proche ?

Publié par Céline Scholl le

Tout un chacun se voit un jour confronté à la perte ultime d’un être cher. Le travail de deuil commence. Cependant, les circonstances de la disparition, les modalités de l’annonce, l’environnement social et culturel constituent autant de facteurs qui vont impacter ce deuil.

Je voudrais ici soulever le sujet plus particulier du suicide. Un sujet souvent tabou dans nos sociétés et qui de ce fait, a pour effet de renfermer sur elles-mêmes les personnes touchées par ce type de disparition.

Toute mort dite violente laisse des séquelles pour les proches. Car rien ne les y prépare. Cette disparition consécutive à un suicide, on la tait, on la cache et paradoxalement elle n’en a que plus de présence dans la vie intérieure des proches endeuillés.

suicide-1

Il m’arrive d’entendre autour de moi, mais également via la profession de ma famille d’entrepreneur de pompes funèbres,  à quel point l’épreuve est dure pour ces personnes.

En effet, notre société laisse peu de place à l’expression individuelle sur le sujet de la mort. Alors, il en va du deuil comme des biens de consommation. Tout est industrialisé et tout doit se faire vite et bien. Le temps doit être rentabilisé.

De ce fait, les rites d’accompagnement des personnes endeuillées n’ont plus leur place. Le deuil est alors perçu comme un trouble à soigner au plus vite et au moindre coût !

Quel est le sens premier du mot deuil ?

Dans l’étymologie latine de ce mot, on retrouve « dolus » et par extension « dolores », faisant ainsi référence à la douleur, au chagrin, à la souffrance de l’âme.

Différents vocables sont utilisés pour le suicide :

  • Les idées suicidaires correspondent à l’élaboration mentale, de manière consciente, d’un désir de mort. On parle dans ce cas de patients suicidaires.
  • La crise suicidaire est la période durant laquelle le risque de passage à l’acte est important. Les causes sont multiples et le patient se sent dans une impasse. Les idées suicidaires sont envahissantes.
  • Les équivalents suicidaires quant à eux sont les comportements à risques témoignant d’un désir inconscient de mort. Ces derniers relèvent de mutilations, d’alcoolisme brutal, de conduites sexuelles à risques, d’addiction médicamenteuse…
  • La conduite suicidaire correspond à une idée suicidaire qui se fige dans un processus pouvant comporter des actes amenant au scénario suicidaire.
  • Les tentatives de suicide aussi appelées « TS » sont la conséquence d’une personne se vivant elle-même comme suicidaire. Il s’agit de passages à l’acte visant à mettre fin à ses jours sans toutefois nécessairement y parvenir.
  • Enfin le suicide est l’acte délibéré de se tuer menant quant à lui à la mort.

Quels sont les facteurs et les populations « à risque » ?

  • Toute épreuve de vie peut fragiliser voire ébranler les repères personnels. La perte prématurée d’un parent, la violence-maltraitance, la carence affective fragilisent le sentiment de sécurité. Certaines personnes arrivent à dépasser ce traumatisme en mobilisant des ressources individuelles, sociales, familiales, professionnelles. On parle alors des capacités de résilience.
  • A l’inverse, c’est-à-dire pour les personnes qui ne peuvent faire preuve de résilience, Rihmer suggère la notion de facteurs de risque liés à des moments de vulnérabilité dans la vie.
  • Les risques primaires constituent une valeur d’alerte comme par exemple les antécédents familiaux et personnels, les troubles psychiques, le signalement à autrui de l’intention de se suicider. On observe généralement une forme d’impulsivité, d’agitation et d’instabilité.
  • Les risques secondaires ont quant à eux une valeur prédictive plus faible si les risques primaires n’existent pas. Il s’agit notamment de l’isolement social, de problèmes financiers-professionnels importants et de perte parentale précoce.
    Rihmer fait encore référence à des risques tertiaires qui n’ont cependant pas de valeur prédictive en l’absence des 2 autres facteurs mentionnés ci-dessus. Il cite l’âge, l’appartenance au sexe masculin et le rythme des saisons.

Témoignage :

suicide-2« Lors de mon adolescence, mon père qui était atteint d’un cancer incurable, s’est suicidé. Ma mère l’avait découvert en rentrant du travail, pendu au milieu de notre salon. Bien sûr j’allais rentrer de l’école. Je ne pouvais pas me douter de ce que j’allais vivre. Ma mère se tenait là dans ce grand hall d’entrée, plein de monde était présent et elle se sentit obligée de me dire : ton père est mort. Il n’avait rien laissé derrière lui, une lettre aurait pu m’aider. Ma vie est faite de supposition, de doutes, de craintes. L’entourage défilant au funérarium et les jours qui ont suivi les obsèques m’ont plongée dans l’incompréhension de ce qui peut tant pousser à se tuer, pourquoi être égoïste avec ceux qui resteront. Ma mère fait des dépressions à répétition et moi je vis toujours, 3 ans après la disparition de mon père, dans l’angoisse, les suppositions, les doutes, les craintes. Je ne sais pas si j’oublierai ce soir-là. » Nathalie

Faire son deuil après le suicide d’un proche

Le contexte de violence lié à cette disparition conduit inévitablement à une forme plus complexe du deuil.

En effet, différentes conséquences collatérales se cumulent à la perte : impossibilité d’exprimer un au-revoir, brutalité de la survenance, recherche du sens réel caché derrière l’acte, remise en question personnelle, etc.

Il n’y a pas un vécu type pour une personne endeuillée par un suicide.

Néanmoins, nous pouvons relever certains critères qui peuvent fortement marquer le processus de deuil et même en hypothéquer le bon déroulement. Ainsi :

  • Le suicide est une mort violente où le corps peut-être endommagé, imposant dès lors des images traumatisantes pour les proches.
  • Près de 50% des cas de suicides auraient lieu au domicile, contaminant ainsi le milieu de vie quotidien.
  • Le tabou social et religieux est encore bien présent. Ainsi, il n’y a pas si longtemps que cela, l’Eglise interdisait le service religieux pour un suicidé excluant ainsi les endeuillés des rituels funéraires et communautaires classiques, renforçant le sentiment de honte et de culpabilité des proches qui n’ont bien souvent rien vu venir. Le risque pour ces endeuillés est alors d’en arriver à une forme de punition, d’auto agression.
  • L’estime de soi et la dévalorisation sont souvent observées. Pour le psychiatre Michel Hanus « ce sont ces endeuillés qui ont le plus besoin d’aide et de soutien et qui en général, en reçoivent le moins ». Effectivement, ils ont tendance à ne pas oser s’exprimer, à s’isoler. Ils, ne sollicitent que peu d’aide car ils se sentent stigmatisés et vivent difficilement le regard culpabilisant des autres et de la société : « T’avais rien remarqué, il en parlait ? ».
  • Régulièrement, on observe chez les proches de l’angoisse liée à la peur qu’une autre personne de l’entourage passe également à l’acte car le sentiment de sécurité interne a été ébranlé dans le tissu familial.
  • L’agressivité et la gestion de celle-ci est un facteur crucial. L’agressivité est une conséquence inéluctable de la douleur. L’endeuillé doit arriver à la gérer. Soit en l’exprimant sous forme de sentiment de colère à l’encontre du défunt, des proches. L’agressivité peut encore sortir sous forme de critiques à l’égard des professionnels entourant le défunt. Mais souvent, cette agressivité, l’endeuillé peut la retourner contre lui-même, entraînant alors celui-ci dans les phénomènes dépressifs comme la dévalorisation de soi.
  • Enfin l’enquête policière génère un climat particulier. Il s’agit d’une réelle intrusion dans l’intimité de la famille au moment où cette dernière aurait bien besoin de pouvoir faire front. Parfois, le parquet ordonne une autopsie afin d’écarter la thèse d’un homicide rendant la séparation d’autant plus douloureuses pour ces familles car le corps du défunt est alors soustrait à la famille.

Quelques pistes de réflexions pour avancer dans le processus de deuil :

La personne se suicidant n’a trouvé que cette solution pour mettre fin à une terrible souffrance et trouver la paix. Elle ne se doute pas qu’elle plongera ses proches dans une profonde douleur.

Le deuil est un processus de cicatrisation où le temps est nécessaire. Il nous sert de bouclier de protection psychologique et émotionnelle pour nous permettre de construire un lien différent avec la personne disparue.

4 étapes :

1. Le choc-sidération :

Les premières heures suivant la disparition, nous plongeons dans un mécanisme de protection psychique inconscient. Cela permet de supporter la douleur car les émotions sont comme endormies. Nous fonctionnons par automatisme.
En effet, après la découverte du corps sans vie, les endeuillés peuvent souffrir

  • d’un syndrome de stress post-traumatique se caractérisant par des flashs,
  • d’un stress chronique où les personnes peuvent avoir peur à certains moments de revivre une telle disparition.

2. La fuite et recherche :

Après le décès (6 à 15 mois), la personne veut sortir rapidement de sa peine et se retrouve dans une agitation. La personne veut se reconnecter avec la personne disparue via les albums notamment.

La culpabilité est présente. Elle lit et relit les mails, courriers afin de trouver une explication au suicide. Cette quête fait partie du travail de deuil. L’endeuillé se condamne à ne plus prendre de plaisir, à ne plus avoir de succès, bonheur.

3.  La destruction :

C’est la prise de conscience du non-retour de l’être aimé (1 à 3 ans). Il est donc normal de se sentir mal dans sa peau.

La honte et la stigmatisation caractérisent ce deuil. La personne s’exclut des réseaux sociaux ne pouvant ainsi se sentir soutenue. Elle pense ne pas pouvoir être assez bien pour recevoir de l’aide. Elle n’ose pas aborder le décès tel qu’il s’est passé pouvant ainsi entraîner un secret de famille.

4. La reconstruction :

La reconstruction se déroule en trois temps :

  • la relation avec le monde qui nous entoure. On apprend à trouver sa nouvelle place au sein de l’entourage.
  • la « relation » avec l’être disparu. On sait qu’il restera dans nos cœurs à tout jamais.
  • la redécouvre de soi-même. Sommes-nous plus ouvert, axé sur ce qui nous tient à cœur où on contraire ?

5. Revivre :

Faire son deuil c’est accepter que la personne ne soit plus là. Il faut pouvoir prendre soin de soi, panser la blessure et être indulgent envers soi-même.

L’acceptation de la perte ultime repose sur le principe que l’on doit accueillir nos émotions càd prendre conscience de l’information qu’elles nous donnent afin de pouvoir au fil du temps mieux les gérer. Une émotion telle qu’elle soit est un indicateur, elle n’est donc pas à prendre négativement. Pleurer, vivre au jour le jour est normal dans les premiers moments suivant le décès.

L’amour que l’on portait à l’être disparu nous nourrissait. Il faut donc trouver l’affection en renouant avec les liens familiaux existants ou en créer d’autres avec autrui.

Identifier ce que la personne nous a légué comme valeur va nous permettre de nous réorienter en se reconstruisant.

S’autoriser à faire des petites choses qui nous font du bien. La vie est un cadeau de chaque jour.

se tenir droit

« Ne vous en faites pas parce que la marée baisse. Elle remonte toujours.
Si la vie vous donne un citron, faites-en une limonade.
Ce n’est pas ce qui vous arrive qui importe, mais bien l’interprétation que vous en faites.
Les problèmes sont comme des couteaux ; ou bien ils nous aident, ou bien ils nous coupent. Ca dépend si on les prend par le manche ou par la lame.
Ça ne sert à rien d’ouvrir votre parapluie avant que la pluie tombe.
Ce qu’il y a derrière nous et devant nous n’est rien à comparer à ce qu’il y a à l’intérieur de nous » Nicole CHAREST

Quel est l’impact sur l’estime de soi ?

Le suicide de l’être aimé entraine une diminution de l’estime de soi. L’endeuillé se remet en question sur l’amour qu’il a pu donner et sur la qualité de cet amour. Il pense que cet amour n’a pu être donné correctement. Alors, arrive la pensée « mon amour n’a pas de valeur, je n’ai aucune valeur ». Cela nourrit un sentiment d’échec. Il se sent rejeté, abandonné.

L’estime de soi est la façon dont on se voit, se perçoit. C’est un peu notre miroir, notre image de nous. Elle est vitale pour notre équilibre psychologique car c’est le regard-jugement de soi-même.

L’estime de soi est indispensable pour traverser le deuil.

3 piliers :

1. L’amour de soi est le socle. Malgré l’échec, les défauts, les limites, il faut s’aimer d’un amour inconditionnel.

2. la vision de soi est la conviction d’être porteur de qualités et nous en avons tous.

3. la confiance en soi permet d’agir sans crainte.

Chaque jour, il faut faire face avec courage à cette épreuve où l’on est confronté à la souffrance. Cela est à mettre dans les acquis. Il est important de se féliciter pour chaque succès même infime réalisé durant la journée et de penser en quoi on vous apprécie dans votre cercle.

estime de soi

« Vous transportez vos soucis sur vos épaules ; ce fardeau vous alourdit et vous empêche de ressentir la paix et d’être heureux. Nous les anges, vous demandons aujourd’hui de déposer votre fardeau et de remettre toutes vos inquiétudes entre nos mains.
Lorsque vous faites cela, votre esprit et votre cœur se libèrent de la peur, et vous ouvrez davantage la porte à votre créativité et à votre sagesse Les solutions viennent plus aisément à ceux qui ne sont pas dans la crainte.
Dès maintenant, prenez une profonde inspiration, expirez et permettez-vous de retirer ce poids de vos épaules. Lorsque vous libérez votre cœur de la peur et de l’anxiété, il s’ouvre pour recevoir l’aide que nous ne cessons de vous offrir »
Extrait Oracles des anges, Doreen Virtue

Comment apporter de l’aide aux familles ?

La prise en charge peut se faire dès la découverte du corps ou l’annonce du décès.

Il s’agit essentiellement d’une présence « pragmatique et pratique » qui permet aux proches d’affronter le premier choc, tant sur le plan affectif que psychique ou social. La présence constitue alors un repère qui permet de mieux faire face à l’omniprésence du stress, de la douleur et de l’incompréhension.

L’aide, rappelons-le, prend place dans un contexte particulier de honte et de culpabilité. Et ceci est d’autant plus prégnant lorsque la personne est un enfant ou un ado.

Il faut également travailler sur le sentiment d’étrangeté car l’endeuillé a souvent le sentiment d’être différent des autres qui ne peuvent pas le comprendre lui et sa détresse.
Il faut alors aider à extérioriser leur ressenti mais aussi à mettre des mots et du sens sur cette perte, sur les images. Il faut décrypter cet acte fou et les aider à en faire un récit.

Ils ont surtout besoin d’écoute mais uniquement quand ils sont prêts pour cela. C’est ce qui rend l’accompagnement d’un endeuillé si difficile. Nous devons accepter leur rythme et nous ne devons en aucune manière imposer le nôtre.

Le travail de deuil passe par quatre tâches essentielles :

  • L’acceptation de la réalité,
  • Être capable de mettre un terme à la relation avec le défunt,
  • Lâcher prise,
  • Trouver un nouveau sens à la vie sans le défunt.

Enfin il est important de travailler sur les ressources individuelles de l’endeuillé et de l’inviter à s’exprimer avec ses proches dès qu’il lui semble que les circonstances s’y prêtent.

photo aider

Pour conclure :

La période de deuil permet « de manière idéale » d’aller de l’avant, de continuer à vivre en apprenant à surmonter la perte.

L’annonce du décès est la première phase du travail de deuil. Chacun y réagit différemment.

Voir le défunt pour un dernier au-revoir peut aider à accepter la réalité de la disparition et rend possible un dernier moment privilégié avec le défunt.

Viendront ensuite des phases de tristesse, de colère ou de peurs qui envahissent l’endeuillé.

Avec le temps, on pourra rétablir un certain équilibre après avoir affronté le sentiment de culpabilité et l’absence de sens. Petit à petit, l’endeuillé se reconstruit. Il se redéfinit par rapport à la personne disparue et par rapport à son environnement social.

Être soutenu et accompagné par une personne compétente est essentiel et malheureusement encore trop rare. Grâce à cet accompagnement l’endeuillé pourra effectuer un travail d’intériorisation offrant à la personne disparue, une place apaisée au plus profond de son être. La personne endeuillée retrouve l’estime de soi indispensable pour continuer dans son parcours de vie. La plaie est alors refermée, même si la cicatrice restera à tout jamais.

BIBLIOGRAPHIE:

Article Céline Scholl

Vous pourriez également être intéressé par les articles suivants :
Découvrez de nombreux outils pour retrouver votre estime de vous dans notre formation « Développez votre confiance et améliorez votre communication ! »

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire

Simply Obsèques · 30 janvier 2017 à 10 h 43 min

Il est clair que la perte d’un être cher est toujours une épreuve difficile c’est vrai. Que dire quand on parle d’un suicide. et oui, « même la plaie est refermée, la cicatrice restera à tout jamais ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge