Archives pour la catégorie Non jugement

4 activités créatives pour alléger le stress

(…) et reprendre confiance en soi

image art différent

C’est reconnu. Pratiquer une activité créative ou artistique améliore notre bien être émotionnel, physique, mental et allège le stress. Certaines pratiques équivalent même à des séances de méditation. Elles permettent de se reconnecter « mine de rien » à soi et ainsi contourner nos résistances.

J’ai toujours aimé dessiner et écrire.

Une imagination fertile lorsqu’on est enfant se vérifie pour la majorité d’entre nous. Petits, nous sommes dénués de préjugés et enclins à un lâcher-prise naturel qui favorise la spontanéité et l’expression, qu’elle soit artistique ou autre.

Aussi longtemps que je me souvienne, mon univers d’enfant était composé de mondes imaginaires riches en mots et en couleurs, d’histoires, de personnages fantasques et toujours d’animaux dont j’étais entourée dans mon environnement réel.

Puis, la vie a suivi son cours et si les mots sont restés dans les premières années, au cœur de mon activité professionnelle, le dessin et la peinture eux, ne faisaient que de brèves incursions épisodiques dans mon quotidien.

Puis est venu la période « d’installation », pas toujours facile, car il fallait se faire un trou, se forger une image et une place sur l’échiquier social. Bref travailler et s’affirmer aux yeux des autres, au risque de se perdre de vue.

Comme la plupart d’entre nous, j’ai enchaîné des périodes de travail intense, plus ou moins stressantes. Au fil des mois et des ans j’eu même l’impression que certaines décisions s’imposaient à moi et que je n’étais plus réellement maître ou pleinement consciente de mes choix. J’alternais des périodes où mon énergie était à son apogée en travaillant sur des projets motivants et d’autres moins épanouissantes où je m’égarais pour des considérations de survie.

Mais peu à peu, je perdais le gout et l’énergie de me consacrer à des activités considérées désormais comme « secondaires » voire « futiles » comme le dessin, la peinture. Oui futiles, c’est bien la case dans laquelle je les avais classé. J’avais aussi déposé ma plume et rangé mes cahiers.

Petit à petit je gommais le rêve, l’évasion et le souffle de la créativité artistique de ma vie. J’étais vide, j’étais en apnée et je ne m’en été même pas rendu compte. Jusqu’à atteindre un niveau de stress intense et la dépression.

Un jour, alors que j’étais en arrêt travail et en pleine « période Feng shui », bien décidée à suivre les préceptes de mon nouvel enseignement, je me suis lancée dans une opération de rangement. C’est alors que j’ai retrouvé mes journaux et autres carnets de dessins. Etonnée de mon travail et de ma propre créativité, « d’autrefois », c’est là que le déclic s’est produit. J’ai rassemblé mes dessins, mes écrits, bien décidée à les laisser « en vue ».
J’ai recréé un rituel et j’ai recommencé à crayonner, à écrire…

Au départ, reprendre l’écriture et les pinceaux n’a pas été aussi facile. Je me rendais compte qu’au fil du temps, les épreuves traversées et l’état dépressif m’avaient fait perdre cette assurance. Mes tendances au perfectionnisme et à l’auto critique exacerbée n’arrangeaient rien.

Ainsi, au fil des jours, je renouais avec cette part de moi, je reprenais possession de mes émotions, j’avais retrouvé un moyen de les exprimer, d’évacuer les tensions et de reprendre confiance en moi.

Certaines activités créatives
équivalent à des séances de méditation

S’exprimer de manière créative peut prendre de nombreuses formes.
En fait, votre imagination est la seule limite.

image crayons de couleur

Il n’est pas obligatoire d’avoir des outils sophistiqués. Une bonne motivation, de simples carnets ou feuilles de papier, des crayons feutres, des crayons noirs ou crayons de couleurs peuvent suffire.

Peur de vous lancer ?

Ça peut paraître idiot comme ça à priori mais ce qu’un enfant fait spontanément en attrapant un crayon en se fichant totalement du résultat sur le papier, nous, adultes, avons parfois du mal à le faire. Nous opposons une résistance et  donnons la parole à notre juge intérieur.

Au début, c’est normal.
Si vous n’avez jamais touché un crayon depuis la petite enfance, pas de panique.

Pas besoin d’être un Picasso ou un Proust pour pratiquer une activité artistique ou d’écriture. Le but n’est pas de faire un best seller ni de préparer l’expo du siècle.

Seul mot d’ordre lorsque vous entamez un travail créatif, mettez vous dans la peau de votre enfant intérieur et laissez-vous aller.

Voici 4 pratiques créatives qui vous aideront à alléger le stress et stimuler votre confiance.

1. Le journal

image journal

Tenir un journal, exprimer ses émotions par des mots consignés dans un carnet sans porter jugement ni autocritique a un effet libérateur. Surtout si vous vous sentez morose ou un tantinet dépressif.

Comme pour le dessin et la peinture, la qualité de votre prose importe peu. L’essentiel est d’exprimer : ses opinions, ses douleurs ses ressentis…

Conduit d’évacuation formidable et puissant outil de gestion de stress, écrire une vingtaine de minutes par jour suffit à améliorer notre qualité de vie, à réduire l’anxiété, à reprendre confiance en soi.

Écrire aide aussi à construire, visualiser ses projets. Comme sur un tableau de visualisation, votre journal permet d’élaborer et coucher sur papier toutes les scenarii possibles pour réaliser vos rêves et atteindre vos objectifs.

Aujourd’hui nous utilisons des outils numériques et des claviers mais je vous suggère de revenir au bon vieux carnet et au stylo pour libérer et mettre en action l’hémisphère droit de votre cerveau.

Le carnet de gratitude

Si vous ne vous sentez pas le courage ou l’énergie de tenir un journal « classique », commencez par un carnet de gratitude. Achetez vous un répertoire et chaque soir, avant de dormir écrivez au moins trois choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant(e)s. Les bienfaits de cette pratique sur la qualité de vie et la santé ont été prouvés.

Le carnet de gratitude opère non seulement lorsqu’on l’exprime mais les « mauvais jours », ouvrez le et relisez des passages au hasard.

2. Le « doodling »

Vous faites peut-être partie des personnes qui gribouillaient dans la marge de vos cahiers en écoutant le prof ou qui crayonnent pendant une conversation téléphonique. Aujourd’hui cela porte un nom en vogue « le doodle » ou « gribouillages, griffonnages ».

Le doodle est une forme de dessin intuitif. Il ne faut pas essayer de faire des formes spécifiques ou des représentations parfaites d’objets de personnes, de paysages ou de natures mortes, c’est tout le côté libérateur du doodling.

Comme on lit dans les nuages, on peut voir apparaître des formes dans ses dessins et, si on le désire, leur donner la signification ou le nom que l’on veut après coup.

Pour ma part, lorsque je vois apparaître des formes qui m’inspirent je les transforme parfois en y ajoutant des détails après.

image Abstract background of beautiful color smoke waves.

 Et si je ne sais pas dessiner ?

Le but est de ne poser aucune intention de dessin ou de forme à priori, mais de laisser courir son feutre sur le papier.

Impossible de se tromper en faisant des doodles. Griffonner devient méditatif et cette activité relaxante peut-être similaire à une session de yoga.

En art thérapie, il a été observé que faire une session de « doodles » avant de dormir relâche le stress de la journée.

Méthode :

Prendre un papier ou un carnet, se munir d’un stylo feutre à pointe fine et si vous désirez donner du relief à votre dessin un autre plus épais. Prenez une encre qui sèche vite. Tenez votre feutre avec le poignet décontracté et lâchez vous sur des courbes des cercles des formes géométriques…

Si vous n’arrivez pas à vous lâcher au début vous pouvez essayer de reproduire des formes à partir de modèles. Petit à petit l’inspiration viendra et vous parviendrez à réaliser vos propres dessins.

image doodles

3. Le « Zentangle »

Compression de « rectangle et zen », Le « Zentangle » (marque et méthode déposées) est composé de dessins et de formes comprises dans un rectangle délimité de 9×9 cm.

Comme pour le Mandala, la pratique du Zentangle est une forme de méditation active et se fait avec une attention ciblée par le dessin de motifs répétitifs.

On peut poser une intention avant le dessin ; le processus est délibéré mais reste intuitif.

Le dessin du zentangle est dynamique non structuré et basé sur « le hasard » alors que le mandala est basé sur le sens circulaire.

Technique :

Tracez des carrés de 9×9 cm. En dessiner les contours
Puis esquissez des motifs ou des lignes comme vous le sentez.
Cercles, pointillés, points, rectangles, triangles, gouttes, courbes… Différentes grosseurs de stylo (0,5mm ou 1mm, etc.) pourront ajouter de la profondeur au dessin.

Vous et vous seul déterminez quand le dessin est fini.

image caticapponi_zentangle_chatsilhouette-2light

Lorsque vous aurez pris votre envol, n’hésitez pas à sortir du cadre « déposé ». On voit aujourd’hui beaucoup de dessins à motifs zentangle qui ne sont pas emprisonné dans des rectangles ni limités au noir et blanc.

(ressources en fin d’article)

Le Art journaling

Enfin, rien ne vous empêche de mixer toutes les techniques dans un carnet de bord. L’écriture se mêle au dessin aux collages aux couleurs.. à l’expression de soi. L’imagination est la seule règle.

4. Le Mandala

image mandala

Le mandala est un dessin centré. « Mandala est un terme  sanskrit signifiant cercle, et par extension, sphère, environnement, communauté » (source Wikipédia).

Basé sur un processus hypnotique, le coloriage d’un mandala est une forme de méditation qui soulage les tensions et réduit l’anxiété. Il permet à votre esprit de serpenter à travers les pensées créatives et intuitives.

Le centre du mandala, le « bindi » est une représentation du soi profond qui s’étend vers l’univers représenté par les cercles concentriques qui s’élargissent.

Ainsi, lorsque l’on choisit un mandala à colorier, on peut poser une intention préalable mais ceci n’est pas obligatoire. Si l’on désire se recentrer, on choisira de colorier le mandala de l’extérieur vers l’intérieur, alors qu’un besoin d’ouverture nous enjoindra à colorier du centre vers l’extérieur.

Le choix des couleurs est également personnel et important dans la mesure où il se connecte à nos émotions. Là encore laissez parler votre intuition.
Je vous propose un guide qui n’est là que pour vous aider en cas de blocage.

images émotions et couleurs

Franchir l’étape suivante consiste à créer son propre mandala. Le fait de passer à l’acte nous fait franchir la barrière qui fait taire certains de nos saboteurs comme le juge, le perfectionniste, et nous fait reprendre confiance en nous.

Essayez de vous reconnecter aux activités qui vous font du bien. Renouez avec votre enfant intérieur

Vous n’avez jamais osé tenter l’expérience ?

C’est le moment de découvrir et démarrer une nouvelle activité qui vous appelle. Dessinez, inscrivez vous à un cours de chant…

Achetez vous un album de coloriage anti stress pour adulte

Écoutez votre cœur et votre intuition,

Commencez aujourd’hui  et partagez vos créations !

RESSOURCES

A TÉLÉCHARGER

zentangle à téléchargermandalas à télécharger

 

Ressources en ligne : Coloriages adultes gratuits à télécharger

Article Catherine Capponi

Enregistrer

Libérez-vous du jugement !

Pour libérer votre imagination et augmenter votre potentiel créatif, la première attitude a adopter est probablement le « non jugement ».

Nous jugeons constamment. Depuis l’enfance, nous sommes conditionnés à juger notre environnement, à commencer par nous même. Non seulement cela pose problème pour développer des relations harmonieuses et authentiques avec les autres, mais cela limite également notre créativité.

non jugement.

Une des première chose à faire pour développer votre potentiel créatif est donc de suspendre tout jugement.

« Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements qu’ils portent sur ces choses. » Epictète

Comment mettre en veille notre juge intérieur ? L’hémisphère gauche de notre cerveau adore interpréter, juger.

Notre hémisphère gauche traitent les souvenirs verbaux.

Il veut ordonner le monde, c’est l’interprète, le documentaliste. Il s’attache aux détails. Il aime les mots, la pensées linéaires, lire, organiser, calculer, la logique, les math, les sciences…

Dans l’hémisphère droit sont stockés les souvenirs visuels.

Il appréhende les situations dans leurs globalités (c’est le généraliste). Certains l’appellent l’artiste parce qu’il aime les images, les couleurs, les sentiments. Il privilégie l’intuition, l’imagination, la passion, la prise de risque, la créativité.

Dans la société occidentale, nous avons surtout appris à utiliser notre hémisphère gauche. A l’école, nous avons appris l’importance des mots, des calculs, de la logique. Nous prenons des notes de façon linéaire.

L’hémisphère gauche est destiné à ajouter la précision à ce qui a été capté globalement par l’hémisphère droit. Mais nous avons souvent du mal à saisir la globalité des choses étant donné que nous n’avons pas appris à le faire.

Je vous invite à tester l’exercice de Julia Cameron (dans son livre « Libérez votre créativité ») intitulé « les pages du matin » :

Écrivez  chaque matin 3 pages dans lesquelles vous donnez libre cours à vos pensées. Ce n’est pas un journal intime et il n’est pas nécessaire d’écrire des choses intelligentes. Il suffit d’écrire trois pages. Et si vous n’avez rien à dire, recopiez « je ne sais pas quoi écrire» jusqu’à ce que vos pages soit remplies. Personne n’est autorisé à lire vos pages.

Et vous même ne devez pas les lire avant au moins 8 semaines.

Le but est de vous libérer du jugement de votre hémisphère gauche, de vos peurs, de vos pensées négatives.

.

créativité

Et vous ? Que faites-vous pour vous libérer du jugement ?

 
Cindy