Archives de catégorie : Interview

Comment organiser vos idées ?

En 2013, j’ai eu le privilège de répondre à quelques questions de Xavier Delengaigne pour son livre « Boostez votre créativité avec le Mind Mapping ».

dédicace Xavier Delengaigne

Voici mon témoignage mis à jour :

Quels outils utilisez-vous pour capturer vos idées ?

Ma préférence reste le carnet de notes. J’ai plusieurs carnets : un grand à feuilles blanches (permet les dessins et mindmaps) et un petit que j’emporte avec moi.

En fonction de mon inspiration, je prends des notes classiques, je fais des mind maps, des dessins, des collages…

Pour les idées reliées à un projet professionnel ou celles qui demandent beaucoup d’organisation, je retravaille mes notes dans un logiciel comme iMindMap ou Xmind. Les feuilles volantes se perdent et j’ai remarqué que je retourne rarement dans mes cahiers. Je préfère classer les idées importantes dans mon ordinateur. Je peux les classer par thèmes et revenir sur mes mind maps pour les compléter.

Je ne travaille pas directement dans les logiciels car les idées peuvent surgir à tout moment. Généralement, les meilleures idées viennent lorsque je suis au lit (j’ai toujours un carnet sur ma table de nuit) ou en nature. De plus, les associations d’idées sont plus nombreuses lorsque je fais des schémas sur papier.

19.07 (37)

Les bonnes idées reviennent-elles obligatoirement à l’esprit ?

On a souvent tendance à croire que si l’idée est excellente elle restera. Je me suis déjà dit « ça c’est tellement important que je ne vais pas l’oublier, pas besoin de noter » et ensuite l’idée se dissipe peu à peu. Personnellement, si je ne note pas et que je n’en fais rien rapidement (relecture, réflexion, partage avec une autre personne), j’ai tendance à oublier.

Elles deviennent parfois plus claires pendant la nuit. Il m’est déjà arrivé de me réveiller en pleine nuit et d’écrire plusieurs pages ou de me mettre à créer des mind maps.

J’ai besoin d’un temps d’incubation. La réussite d’un projet demande un temps de réflexion et d’intégration (c’est ce que nous apprend le papillon). Quand je travaille sur un nouveau projet, j’essaie de garder quelques jours entre l’organisation sur la mind map et la mise en  pratique. Les jours qui suivent le brainstorming sont généralement riches en idées. Parfois au moment même les idées viennent peu ou ne sont pas très originales, le lâcher prise est très important.

papillon

Les termes organisation et créativité sont-il antinomiques ?

Non, pas du tout ! Je pense qu’ils sont complémentaires. L’organisation est nécessaire à la créativité et vice versa.

Le Mind Mapping d’ailleurs à ce double objectif. Il vise à organiser l’information, à la structurer. Et en même temps, c’est un outil créatif qui permet de trouver de nouvelles idées.

Pareil pour le Mandala, qui permet de lâcher prise, de retrouver l’équilibre en impliquant l’hémisphère droit du cerveau puisque vous coloriez, vous utilisez les couleurs. En même temps, le cercle fournit une structure et donne un sentiment de sécurité. Je pense que l’organisation donne un sentiment de sécurité qui permet à la créativité de s’exprimer pleinement.

mandala

Pour aller plus loin :

Le livre « Boostez votre créativité avec le Mind Mapping » de Xavier Delengaigne

livre boostez votre créativité avec le mind mapping

Formation Mind Mapping

Stage Mandala

La créativité, l’expression ajustée d’un mouvement de vie

J’ai le plaisir de vous proposer une interview de Sophie Querin, gestaltpraticienne, auteure et éditrice indépendante de poésie visuelle.

Je vous invite également à visiter notre « galerie » où vous trouverez quelques œuvres de Sophie.

 

Pouvez-vous me parler de vous et de votre parcours ?

Depuis mon enfance, les mots et les images sont mes compagnons de route, supports d’expression de mon cheminement intérieur. Je suis fascinée par les formes d’expression et de communication.

Après une formation en Lettres Modernes, j’ai vécu en Hongrie et en Slovénie et ai été enseignante en français langue étrangère. J’y ai découvert la pédagogie active et créative du français langue étrangère, fondée sur une approche  ludique et communicative de la langue française et utilisant les outils variés  tels que le théâtre, la poésie, la chanson pour favoriser l’apprentissage contextuel de la langue. De retour en France après deux années d’enseignement, je suis une formation à l’école de journalisme de Strasbourg pour être journaliste web.

Dès 2004, j’entreprends un travail thérapeutique gestaltiste. Cette approche thérapeutique humaniste, fondée sur l’appréhension globale de l’être humain, s’avère être pour moi une démarche appropriée à ma sensibilité, ma vision et mes valeurs. En 2007, l’encre s’impose à moi : naturellement des traces spontanées jaillissent sur le papier et forment des « traces-miroir » de mon état intérieur. En 2010, j’édite à 100 exemplaires en auto-édition un recueil de poésie visuelle, intitulé Vie(s). Composition de textes poétiques courts et de dessins spontanés à l’encre noire et de couleurs, ce recueil est une joyeuse sarabande, dévoilement de ma source vive que j’offre aux regards des lecteurs. C’est aussi, par la démarche de l’auto-édition,  l’expérience de la singularité de la rencontre et de la confiance.

En 2009, je décide de commencer une formation comme Gestaltpraticienne à l’école rennaise de Gestalt, qui se termine en 2011. J’y approfondis l’écoute active et bienveillante et prends la mesure de mes aptitudes à stimuler et ressourcer les personnes que j’accompagne dans mon travail d’animatrice sociale.

En 2011, je décide de créer Traces et Vies pour unir mes talents relationnels et créatifs et mes compétences en accompagnement.

 

Quelle est la mission de Traces et Vies ? A qui vous adressez-vous ?

Traces et Vies a pour mission d’accompagner « l’éveil des potentiels créateurs » en proposant  des prestations en formation et en coaching dans le domaine de la communication interculturelle et le développement de la créativité. Je propose à la fois de l’analyse de pratique en direction des cadres et salariés d’entreprise en lien avec des personnes étrangères et des ateliers en direction des particuliers désirant stimuler leur créativité.

 

« Montagne existentielle » de Sophie Querin

 

Vous dites que votre démarche est proche de la thérapie structuraliste ? De quoi s’agit-il ?

La thérapie structuraliste envisage l’être humain dans sa globalité. L’approche thérapeutique structuraliste définit l’être humain comme une structure unique et en lien avec le champ extérieur. Selon Véronique Gontier Asvisio, « la thérapie structuraliste vise à relier le fond et la forme, le corps et l’esprit, la nature et la culture de l’individu. »( p. 7, La thérapie structuraliste : art-thérapie et autres applications à visée structuraliste, Editions Dangles, 2011)

 

Vous organisez des ateliers. Pouvez-vous nous expliquer le déroulement de ceux-ci ? Quelles sont les bénéfices que les personnes en retirent ?

L’atelier débute par une prise de contact avec le groupe. Chaque personne exprime, dans l’instant, son état intérieur et ce qu’il est venu chercher (ou non) à l’atelier. Je pose ici clairement la démarche, le cadre et les outils proposés et répond aux questions des participants. S’ensuit une proposition d’un exercice simple de relaxation ou centration pour être en contact avec soi. Je propose ensuite un ou deux exercices pour amorcer la création spontanée à l’encre : écoute d’une musique, lecture à voix haute d’un poème, exercices où je propose d’allier des mouvements corporels simples et des sons vocaliques ou consonantiques.

La création peut se faire seule ou avec une autre personne. J’ajuste en fonction de ce que j’observe du groupe et de mes ressentis.

Un temps silencieux pour savourer les œuvres créees est prévu à la fin de l’atelier. S’ensuit un temps de clôture sous-forme de verbalisation à partir de supports ou non et avec une consigne précise.

Je peux aussi proposer des journées thématiques où je propose un cheminement plus lent vers la création à l’encre.

Les personnes peuvent trouver un moment et lieu propices à l’expression de leur état intérieur sans jugement de valeur. Un moment où, dans un cadre bienveillant, ils vont lâcher et transformer un blocage en une ressource.

 

Pourquoi avoir choisi l’expression à l’encre ?

L’encre, est un médium, qui est en lien avec ma création artistique et s’avère être particulièrement adapté à l’expérimentation et la spontanéité. Nul est besoin d’avoir beaucoup de technique pour que jaillisse une forme.

 

Vous avez édité un recueil de poésie visuelle. C’est quoi la poésie visuelle ?

Ce terme de poésie visuelle m’est apparue spontanément en 2007. Ce que je ne pouvais exprimer par les mots s’exprimait avec l’encre. Il est en lien avec l’empreinte et la trace et l’expression « archaïque ». Pour en savoir plus, vous pouvez écouter l’entretien radiophonique de Radio laser : http://www.radiolaser.fr/Sophie-Querin_a1897.html

 

Qu’est-ce que pour vous la créativité ?

La créativité est, selon moi, l’ expression ajustée d’un mouvement de vie.

 

Que conseillez-vous aux personnes qui souhaitent développer leur créativité ?

Je leur conseille, de « faire fi » de leur mental, de s’autoriser à laisser jaillir ce qui se présente sans jugement de valeur.

 

Comment vous contacter ?

Vous pouvez me contacter par courriel et téléphones: tracesetvies[@]gmail.com  ou 0645363254
Blog de création : http://sophalice.ultra-book.com

 

Une question ? Une remarque ? Donnez-nous votre avis. Sophie et moi, nous vous répondrons avec plaisir.

Vous aussi vous voulez présenter vos activités et compétences sur ce blog ? Contactez-moi.

Le pianiste nomade

Documentaire sur le pianiste nomade Marc Vella.

Il a traversé 40 pays et parcouru plus de 170 000 km avec son piano afin de rencontrer les personnes et de partager la beauté et la joie de façon simple.

« La caravane amoureuse » est un concept qui ne manque pas de créativité.

.

.
« … j’avais envie d’écouter le soleil se lever, j’avais soif de déserts, d’étoiles et de regards, alors je suis parti avec mon piano. » Marc Vella

Plus d’infos sur : http://www.marcvella.com/

Voyages, mystère et créativité (suite).

Dans une interview du mois de février Andy nous a parlé du nouveau concept imaginé par l’équipe Madbugs,  la bouteille de l’espoir.

Je vous rappelle de quoi il s’agit et je vous donne des nouvelles du projet.

De quoi s’agit-il?

Madbugs invite les internautes à communiquer le lien de leurs blogs, sites web ou encore leurs pages Facebook, Twitter,…et un message au choix.

Les liens et les messages sont gravés sur deux bouteilles «collectors», deux Bouteilles de l’Espoir !

La première bouteille sera lancée sur les mers, avec un message et une surprise à l’intérieur. Par qui sera-t-elle retrouvée ? Où ? Suspens…

Et la deuxième bouteille sera vendue aux enchères au profit d’une association !

 

J’apprends que la bouteille vient d’être lancée au Canada !

Photo Madbugs

L’équipe Madbugs a lancé la première bouteille en face de Terre Neuve au Canada.

Pour voir les superbes photos du Madbugs Roadtrip au Canada, c’est par ici !

Vous pouvez également rejoindre l’aventure Madbugs sur Facebook.

A suivre …

La créativité dans l’éducation

Voici une vidéo très intéressant de Ken Robinson sur la créativité dans l’éducation.
Son avis est que la créativité dans l’éducation est aussi importante que la littérature.

« Si vous n’êtes pas prêt à vous tromper, vous ne sortirez jamais rien d’original. »

Et vous qu’en pensez-vous ?

Si vous êtes intéressez par les thèmes de l’apprentissage et de l’éducation, visitez notre blog Apprendre à apprendre. En ce moment, nous vous offrons 7 vidéos sur le thème de l’apprentissage et de la mémoire.