« Je suis nul »

Publié par Agnes Galy le

En tant que parent, nous avons tous entendu au moins une fois cette phrase « je suis nul ! » sortir de la bouche de nos enfants. Ils la disent avec conviction, avec désespoir, parfois même pour rire mais ils le disent qu’ils se sentent nul.

Empreinte d’une forte connotation négative, cette petite phrase peut avoir un fort impact sur l’inconscient. A force de se la répéter ou de s’entendre dire par quelqu’un d’autre qu’il est nul, l’enfant en devient persuadé.

C’est le plus souvent lors qu’une phase d’apprentissage que ces mots ressortent. Si l’enfant n’arrive pas à faire ce qui lui est demandé rapidement, il se décourage et lance un « Je n’y arriverai jamais. De toutes les façons, je suis nul ! ».

fatigue

Mais pourquoi disent-ils cela ?

Une première explication est qu’en disant ce « je suis nul », l’enfant se décharge de toute responsabilité, ce n’est pas de sa faute si il n’y arrive pas. C’est ce que j’appellerais une solution de facilité. Plutôt que de chercher à faire son travail, il se cache derrière cette phrase. Et comme il est « nul », il attend que l’on fasse les choses à sa place.

Une autre explication est que depuis qu’il est tout petit, ses parents, ses proches ou ses enseignants répètent à l’enfant « tu es nul », dès qu’il ne fait pas les choses comme on le souhaite. Cette phrase, que bon nombre considèrent comme inoffensive peut avoir des effets dévastateurs sur la confiance que l’enfant à en lui. A force de s’entendre dire qu’il est « nul », l’enfant en est convaincu et agit en conséquence !

Comment réagir face à ce « je suis nul » ?

Tour d’abord, il faut avoir à l’esprit de valoriser l’enfant (comme toute personne d’ailleurs) au lieu de le rabaisser. Il faut également changer son approche devant une difficulté rencontrée par l’enfant. « Tu n’y arrives pas ? Ce n’est pas grave, essayons une autre méthode ».

Un bon exemple est de rappeler à l’enfant tout ce qu’il a réussi à faire dans sa vie et ce, pas forcément du premier coup mais en y mettant de la bonne volonté. Personne n’a appris à marcher au premier essai. Nous sommes tous tombés maintes et maintes fois (sans nous décourager) avant d’y arriver. Il en est de même pour tous les apprentissages de la vie, certains prennent plus de temps que d’autre mais en persévérant, il y a plus de chances d’y arriver.

coffre

Enfin, il faut croire en ses enfants, avoir confiance en eux pour qu’ils puissent à leur tour, avoir confiance en eux. C’est l’un des plus beaux cadeaux qu’un parent puisse faire à son enfant.

Article Agnès Galy, AG coaching scolaire

 

Vous êtes à la recherche d’outils pour développer votre confiance en vous et/ou celle de vos enfants ? Découvrez la formation confiance en soi.

Découvrez les stratégies adaptées à votre profil d’apprentissage et créez votre méthode de travail grâce à la formation apprendre à apprendre.

 


1 commentaire

Pr S. Feye · 20 mars 2016 à 13 h 43 min

Un bonjour de printemps qui va faire pleuvoir des inscriptions européennes pour le latin vivant … Vous n’êtes plus nul avec cela.

https://youtu.be/2Z9n63iJK-E

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge