Etape 14 : Figeac – Salvagnac Cajarc (32 km)

Publié par Cindy le

14/08/2010

Le réveil sonne à 6h30.

Après le petit-déjeuner à l’hôtel, nous nous rendons au marché de Figeac pour faire quelques provisions : olives, pruneaux, pain, fromage, …

Nous voilà en route pour notre quatorzième étape !

Ça commence fort avec de belles montées !

Et voilà Figeac vue d’en haut :

Nous nous arrêtons à Faycelles, un village pittoresque d’environ 600 habitants à 8 km de Figeac, pour prendre une collation (fruits secs et barres de céréales). Nous nous installons en face de l’église. J’enlève mes chaussures. Cette technique me réussit plutôt pas mal. Cela permet de sécher les pieds et donc de ralentir l’apparition des ampoules.

Nous marchons 12 km supplémentaires avant d’arriver à Gréalou. Les montées et descentes sur cailloux alternent avec le bitume. Le temps est magnifique, pas de pluie, pas trop chaud.

Nous sommes content d’arriver à Gréalou et d’y trouver une aire de pique-nique. Deux autres pèlerines se reposent. L’une fait une petite sieste dans son sac de couchage, l’autre est allongée sur le banc.

Le départ est difficile. Nous nous serions bien arrêtés là. Mais j’ai réservé une chambre d’hôte après Cajarc. Faire plus de 30km le premier jour de marche, c’est trop. Un panneau indique 2h de marche jusqu’à Cajarc. Je me demande qui arrive à faire plus de 10km en 2h en montées et descentes remplies de cailloux. Le temps indiqué sur ces panneaux me semble très optimiste !

Xavier perd sa casquette. Il retourne en arrière pour la retrouver. Je continue à avancer lentement. Cela me permet de me reposer. Xavier trouve que je ne marche pas assez vite. J’ai l’impression de marcher aussi vite que je le peux dans ce terrain. Je ne veux pas trop abîmer mes pieds dès le premier jour. Nous croisons une autrichienne qui marche d’un très bon pas. Elle va également jusqu’à St Jean Pied de Port, peut-être même Roncevaux si elle y arrive avant le 31 août. Ce qui veut dire qu’elle fera chaque jour plus de 30 km.

Les derniers km me semblent interminables. Attention le descente pour arriver à Cajarc est dangereuse.

Arrivés en bas, nous continuons le GR65 alors que nous devons traverser la ville de Cajarc et ensuite le pont pour nous rendre à la maison d’hôtes. Nous demandons notre chemin aux habitants et nous faisons encore 2km pour arriver à la maison d’hôtes à Salvagnac.

Après l’effort, le réconfort ! Madame Joncquières qui nous accueille est charmante. Le couple est au petit soin avec nous et nous offre une boisson fraîche à la véranda. Il commence à pleuvoir. Nous sommes arrivés juste à temps. Monsieur nous dit « Le diable bat sa femme ». L’expression est utilisée lorsqu’il pleut et qu’il y a du soleil en même temps. Madame nous montre notre chambre. Nous avons l’étage pour nous avec notre salle de bain. C’est parfait ! Je suis vraiment heureuse d’avoir réservé ici. Nous avons eu de la chance. La chambre était déjà réservée mais les pèlerins se sont désistés. Le chemin est parfois difficile nous dit monsieur.

Pour contacter Charles et Juliette Jonquières : http://www.chemindecompostelle.com/jonquieres/index.html


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.