Formation d’Interprète Nature et Environnement (INeE)

Published by Cindy on

Deux places se sont libérées fin août et nous avons eu la chance de pouvoir commencer la formation ce 7 septembre 2019.

Notre objectif est d’obtenir notre brevet de Guide Nature. Nous avons choisi l’association liégeoise Education – Environnement qui propose cette formation depuis 35 ans et a une approche pédagogique participative.

C’est une formation sur 2 ans (2 samedis par mois + 2 weekends par an).

Dès le premier jour, nous avons fait 2 ballades sur le terrain. C’est une formation qui développe des compétences chez les participants pour éveiller leur public à la citoyenneté responsable en matière d’environnement naturel et humain. Elle propose une approche globale de la nature et des savoir-faire pédagogique.

Nous aimons le rôle de « l’interprète » qui est différent de celui de « guide » et se rapproche plus de l’esprit coach. Interpréter c’est susciter la participation, interpeller, provoquer, développer des relations, établir des liens, avoir une vision d’ensemble, faire appel aux émotions, à la sensibilité, rencontrer l’esprit du lieu…



Cette première journée a eu lieu au Centre Régional d’Initiation à l’Environnement (CRIE) au Domaine de Berinzenne à Spa.


Balade à la découverte de la Fagne de Malchamps

Nous avons eu une vrai météo de Fagne puisque nous avons passé la matinée sous la pluie. Il pleut 1400 mm d’eau par an par rapport à une moyenne de 805 mm par an pour l’ensemble de la Belgique.

Le mot « fagne » vient de « fange » qui veut dire boue. Il englobe les milieux marécageux ou tourbeux ainsi que les landes tourbeuses et sèches. Une lande est un milieu naturel caractérisé par des sols pauvres où dominent des arbrisseaux et sous – arbrisseaux.

Pierre jaune car chargée en oxyde de fer

Le sol des Hautes Fagnes est gorgé d’eau pour 3 raisons :

  • la pluviosité abondante
  • le sol argileux et imperméable dans les dépressions
  • les sphaignes qui retiennent d’énorme quantité d’eau

Les sphaignes sont des mousses ayant un grand pouvoir de rétention d’eau grâce à leurs nombreuses cellules mortes. Si vous pressez une sphaigne dans votre main, vous constaterez que d’énormes quantités d’eau s’écoulent comme s’il s’agissait d’une éponge. Elles ont la propriété d’acidifier le milieu par libération d’ions d’hydrogène. Ce sont des plantes turfigènes c-à-d qu’elles produisent de la tourbe.

Sphaigne

La tourbe est une matière organique issue de la fossilisation de végétaux ( formée par accumulation sur de longues périodes de temps de matières organiques mortes) mal décomposés et dont le sol est constamment saturé en eau.

On peut voir apparaitre à plusieurs endroits dans les Fagnes des cuvettes (lithalses) formées suite au dégel à la fin de l’âge de glace. Elles sont remplies par l’eau de pluie.

Alimentées par la pluie, les parties aériennes des plantes grandissent tandis que les parties basses meurent et s’accumulent dans le fond. L’acidification par les sphaignes et la pauvreté en oxygène empêchent le développement d’organismes décomposeurs (bactéries, champignons,…). Les débris organiques ne se décomposent donc pas complètement et s’accumulent pour créer la tourbe.


Les plantes de la fagne de Malchamps :

Espèces des tourbières : la canneberge, le rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) qui est insectivore, la narthécie, l’andromède, la linaigrette.

Rossoli à feuille ronde

Les espèces de la lande tourbeuse : scirpe cespiteux, bruyère quaternée et molinie.

Bruyère quaternée
Bruyère quaternée

Sous-arbrisseaux de la lande sèche : myrtille commune, myrtille de loup, airelle, callune.

Myrtille de loup
Mélange myrtille commune et myrtille de loup
Callune (fausse bruyère)

Voici mes résumés :

J’ai utilisé le Mind Mapping pour avoir une vue d’ensemble. Je suis partie d’une carte générale. Les détails étant illisibles, j’ai créé des cartes enfants pour chacune des branches principales. N’y connaissant absolument rien en botanique, j’ai ressenti le besoin de rajouter quelques définitions.


Pour lire plus facilement les cartes, faites un clic droit sur la carte pour afficher l’image. Vous pouvez ensuite zoomer.






Promenade participative sur le thème de « l’eau et la forêt »


Nous avons commencé par une petite activité visuelle et ludique démontrant à quel point la quantité d’eau disponible est infime par rapport à la quantité sur terre. On est parti d’un seau de 10L pour représenter la quantité d’eau et une petite cuillère pour représenter l’eau disponible. Pour en savoir plus sur la répartition de l’eau, j’ai trouvé cet article.

J’ai trouvé cette infographie faite à l’occasion du forum mondial de l’eau (2012) :


Pessière (forêt d’épicéa)

Après une activité de découverte de la nature avec les sens (yeux bandés), nos animateurs nous font découvrir l’importance de la diversité et la sylviculture (= exploitation rationnelle des arbres forestiers).


Renouée poivre d’eau

Nous terminons par une dégustation des eaux de Spa à la Source de Géronstère. Pour moi qui ai l’habitude de boire de la Spa, c’était extrêmement surprenant. Je ne vous en dit pas plus. A tester. 🙂

Source de Spa

Référence : Education-Environnement adbl – Document « Au coeur des Hautes Fagnes… » de Laurence Havard et Gilles Pirard (2008).



3 Comments

Elisée Rudowski · 12 septembre 2019 at 15 h 57 min

Bonjour Cindy. C’est vraiment un superbe arti le. En plus tu as mis les infos sur tes outils pour apprendre /retenir et organiser l’information. Merci beaucoup. Ça m’épate et me donne envie de faire pareil dans le futur. Merci merci merci beaucoup.

Sandrine · 12 septembre 2019 at 16 h 35 min

Merci pour ce super article. J’aime beaucoup le mind-mapping! Bravo!

Jean · 24 septembre 2019 at 17 h 07 min

C’est vraiment génial!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *