La pleine conscience à l’école?

Publié par Olivia le

11008058_10152662000461831_8007819593753222839_n

La pleine conscience , ou mindfulness, est devenue très à la mode en ces temps où nous adoptons tous le « pilotage automatique » de notre vie.

Tôt déjà, les enfants sont pris dans l’engrenage du stress, de l’action continue, de la pression,…

Ne sous-estimons pas à quel point l’enfance peut être stressante de nos jours!

Les enfants en difficultés se sentent tenus d’en faire constamment plus. Ils sont de plus en plus confrontés à l’anxiété. Celle-ci les paralyse face à un échec réel ou fictif !

emotion peur

Et  si ces enfants s’arrêtaient un instant et s’observaient?

Et s’ils prenaient du temps pour s’écouter et, que ce temps n’était pas perdu ,mais, mis à profit pour leurs apprentissages?

Serait-ce vraiment efficace?

Actuellement, les pratiques de pleine conscience n’apparaissent pas dans les programmes d’enseignement en Belgique. Cependant, elles facilitent l’engagement dans les apprentissages et permettent de développer de la métacognition. Elles apportent un réel soutient dans la régulation du stress. De plus, elles tendent à développer l’empathie et la compassion. Elles sont aussi transdisciplinaires et se justifient dans le cadre du temps scolaire.

Depuis 3 ans, des enseignants collaborent avec l’INSERM de Bordeaux dans leurs recherches sur plus de 200 enfants en milieu scolaire.

Certains enseignants proposent deux à trois minutes de concentration sur la respiration, avant toute évaluation, tout comme le pratiquent les sportifs avant une compétition.

Les journées se clôturent par l’évocation des « kiffs » ; petits moments de bonheur du jour.

Et ça marche !

Au bout de deux semaines, les enfants sont demandeurs et réclament ces temps de pleine conscience !

D’autres exercices se prêteraient volontiers à l’école dans le but d’accroître la concentration en classe. Et qui dit, concentration en classe, dit aussi, accroissement de la mémoire ! Plus les élèves sont investis et attentifs, plus facilement ils vont mémoriser !

Gene Lushtak, professeur de pleine conscience à la Mindful Schools d’Emeryville en Californie, a dit :

« Quand j’étais enfant, les adultes me disaient toujours de faire attention. J’avais beau essayer, je n’y arrivais pas. Je ne comprenais pas, jusqu’au jour où je me suis mis moi-même à travailler avec des enfants et où je me suis rendu compte qu’on ne leur apprend pas comment faire ! »

Quel meilleur endroit que l’école avons-nous pour l’enseigner à nos enfants ?

Attention cependant à ne pas confondre la pleine conscience avec une solution miraculeuse !

En effet, ce n’est pas parce qu’on possède un outil efficace que l’on sait s’en servir !

Prenons l’exemple d’un jeune qui a envie d’épater ses copains en jouant de la guitare. Il se procure l’instrument. Super, il a l’outil ! Mais, il ne sait pas encore s’en servir ! Ce n’est qu’à force de s’entraîner, tout comme les sportifs, qu’il parviendra à évoluer dans sa pratique et maîtriser son instrument.

C’est exactement pareil avec la pleine conscience, plus on pratique et mieux ça marche !

Je vous propose quelques exercices à faire seul ou avec un groupe d’étudiants afin d’ améliorer votre concentration :

  • Instaurez un rituel matinal : prenez trois bonnes respirations (respirations ventrales) une fois prêt à partir en direction de l’école. « Respirez pour faciliter la transition de la course matinale vers le monde extérieur. » nous dit Susan Kaiser Greenland, auteur de «  Un cœur tranquille et sage » Ed. Les arènes. «  Cela favoriserait un changement significatif de rythme et de perspective avant d’aller à la rencontre d’une nouvelle journée. »
  • Ecrivez avec votre main non-dominante.
  • Lisez une page de cours par transparence en la retournant contre une fenêtre. ( Vous pouvez aussi imprimer un document en « miroir ») Faites cet exercice 2 à 3 minutes par jour tous les matins.

lecturetransparence

  • Ayez sur votre bureau une fiche de dispersion : à chaque fois que vous surprenez vos pensées à vagabonder en dehors du sujet , faites un trait sur votre feuille. Observez ensuite le nombre « d’ évasions ». Tous les soirs, dans un petit carnet, rédigez au minimum trois moments de bonheurs survenus durant votre journée.

Envie d’en savoir plus ?

Je vous recommande les lectures suivantes :

  • «  Un cœur tranquille et sage » Susan Kaiser Greenland. Les arènes.
  • « Petit cahier d’exercices et de pleine conscience » Ilios Kotsou. Jouvence.
  • «  Reconquérir le moment présent et votre vie » Jon Kabat-Zinn. Les arènes.
  • « 52 façons de pratiquer la pleine conscience » Jan Chozen Bays. J’ai lu.

 

A voir également, les vidéos de Jeanne Siaud-Facchin

Olivia BOCQ pour Nomadity.

Vous trouverez de nombreux outils pour la concentration et la mémoire dans la zone membre apprendre à apprendre.


4 commentaires

Frédéric Huion · 1 mai 2015 à 4 h 29 min

wow, article intéressant sur un sujet d’actualité…

merci de nous faire voir ces différentes facettes de l’apprentissage… 😉

    Olivia Bocq · 2 juin 2015 à 7 h 47 min

    Avec plaisir Frédéric, très heureuse que mon article t’ai plu.

Thibaut · 9 mai 2015 à 15 h 34 min

Il va être important d’intégrer progressivement des exercices de pleine conscience aux enfants, ainsi qu’aux adultes en entreprise par exemple. C’est extrêmement positif pour la santé, la capacité à se concentrer, à être productif, créatif, et heureux.
J’aime beaucoup le dernier exercice qui consiste à être plus conscient de nos pensées et des moments où on s’évade.
Thibaut Articles récents…Top 50 des blogueuses voyageuses à découvrir absolument !My Profile

    Olivia Bocq · 2 juin 2015 à 7 h 49 min

    Je suis bien d’accord avec toi Thibaut! La pleine conscience devient à la mode ces derniers temps et c’est tant mieux 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge