Archives de catégorie : Méthodes

La cohérence cardiaque à l’école

Dans cette entrevue avec Eric Zahnd, vous allez découvrir :

  • Ce qu’est la cohérence cardiaque.
  • Quels sont les bénéfices de cette pratique.
  • L’expérience faite dans  8 écoles à Poitiers. Et quels ont été les résultats pour les élèves et les enseignants.
  • Comment introduire la cohérence cardiaque dans votre classe.
  • Ce qu’est le Créathon. Comment pourrait-on appliquer ce genre d’évènement au domaine du coaching, de la formation  ou à l’école.

Voici les liens vers les ressources évoquées dans l’interview:

Le livre de David O’Hare :

Comment se motiver pour étudier lorsqu’on n’a plus aucune motivation ?

Article invité de Yassine Rezougui du site Lean Learning Class.

Vous avez du mal à vous motiver pour étudier, vous avez du mal à passer à l’action, vous procrastinez sans arrêt. Voyons ensemble comment y remédier, comment se motiver.

Bonjour, je me présente, je suis Yassine Rezougui créateur du site Lean Learning Class, dans cet article nous allons voir 10 hacks, 10 astuces pour étudier lorsqu’on n’a pas de motivation.

Lorsque j’étais étudiant, ce qui n’est pas si lointain, car j’ai quitté les bancs de l’école il y a de ça 6 mois. Durant mes cinq années d’étude dans la même filière, en logistique pour ne rien vous cacher, mon enthousiasme commençait à se dissiper. Ce découragement n’était pas dû aux cours que je connaissais plus ou moins bien, mais à cause de la charge de travail qui ne cesse d’augmenter année après année. Pour arriver à la cinquième année à un stade éprouvant. Entre des études de cas de 60 pages en logistique internationale (tout en anglais), et des rapports et des présentations orales dans des thèmes très spécifiques tels que « la mise aux normes ICPE et VHU des installations logistique, afin de répondre aux exigences environnementales » le tunnel me semblait interminable.

Comme beaucoup d’étudiants, j’avais une vague idée de ce que je voulais faire de ma vie. Toute foi, suite à mes études et plus de trois ans de loyaux services à la SNCF, j’ai préféré, changer de voie, découvrir de nouveaux horizons. Pour en savoir plus sur mon parcours consulter la rubrique à propos de mon site.

Ceci pour vous dire qu’il n’est pas évident en tant qu’étudiant d’être motivé à longueur de temps, surtout lorsqu’on n’est pas animé d’un désir profond d’accomplir quelque chose au travers de ses études, car on n’a pas une vision claire de ce qu’on veut faire plus tard. Et c’est encore moins évident quand les beaux jours arrivent.

Il existe plusieurs types de motivation, qu’ils soient intrinsèques ou extrinsèques. Pour faire simple, je vais vous parler de motivation à long terme et de motivation à court terme. La motivation à long terme est guidée par un objectif à long terme, par des valeurs qui nous animent… elle résulte d’un travail sur soi et de la connaissance de soi. Dans cet article je vais me focaliser sur la motivation à court terme, celle qui nous booste sur le moment. Je sais qu’en tant qu’étudiant nos objectifs peuvent être flous et qu’à ce stade il est fort utile d’user d’astuce pour avancer.

J’aimerais vous présenter 10 astuces pour étudier lorsqu’on n’a aucune motivation, lorsqu’on n’a pas du tout envie. Des astuces issues de mes recherches et surtout de mon expérience. Des astuces qui m’ont aidé et qui je l’espère vont vous aider à vous mettre au travail.

Mais avant ça, revenons en quelques mots, sur le sens du terme « motivation ». Il vient du verbe motiver, un dérivé du mot motif. Le but est de trouver un motif, une raison qui fera que vous passerez à l’action.

Voici les 10 astuces qui m’ont motivé et qui vous motiveront rapidement à étudier.

Comment se motiver en 10 points ?

1)La carotte et le bâton, ou bien comme nous ne sommes pas des ânes, la récompense et la punition.

Le but avec cette astuce est de trouver les raisons qui vous influenceront à avancer. Nous pouvons retrouver ce concept en PNL (Programmation Neuro-Linguistique) avec le méta-programme « aller vers, s’éloigner de » (allez vers le plaisir et s’éloigner de la douleur). Certaines personnes se motiveront davantage en « aller vers » attiré par leurs désirs, et moins en « s’éloigner de » repoussé par leurs appréhensions et vice versa pour les autres.

Le but est simple, pendant 5 minutes écrivez les conséquences de vos actes, et prenez en conscience. D’un côté, ce que vous obtiendrez si vous faites (Carotte) et de l’autre, ce que vous aurez si vous ne faites pas (bâton). Certains seront plus motivés par la récompense, « si je fais j’aurais… » (À vous de définir ce que vous souhaitez.) Et d’autres seront plus motivés par le fait d’éviter la punition, car ils ne veulent surtout pas… (À vous de définir ce que vous redoutez.) Ainsi, vous serez entre l’espérance et la crainte, deux forces qui vous feront avancer.

2)Supprimer les distractions

Comment se motiver lorsque tant de tentation nous entoure constamment. L’une des premières étapes est de supprimer les distractions (smartphone…) ou mettre des œillères.

Pour faire avancer un cheval on a le choix la carotte ou le fouet, et pour qu’il reste concentré dans sa tâche et qu’il ne soit pas distrait par ce qui l’entoure, on lui met des œillères.

Le principe est le même, trouvez des sources de motivation, et réduisez les sources de distraction.

3)Notez les tâches que vous devez accomplir (faire une to do list)

Cet exercice est très puissant et efficace. Lorsqu’on a une grosse charge de travail, on peut se sentir dépassé, car notre mémoire de travail, celle qui nous permet de raisonner est submergée d’information. On ne sait plus où donner de la tête.

Écrivez tous ce que vous devez faire, pour décharger votre mémoire de travail. Vous aurez ainsi une vision plus claire et vous pourrez réfléchir plus aisément, afin de savoir comment aborder les tâches.

4)Faites un planning

Faites un planning en divisant et en subdivisant les tâches, car une énorme tâche peut démotiver, mais en la morcelant elle devient plus digeste.

Exemple:  écrire un rapport de 30 pages.

  • 1ère tâche : écrire le sommaire provisoire avec les gros titres et les sous-titres.
  • 2ème tâches : trouvez environ cinq idées clés pour chaque sous-titre.
  • 3ème tâche : écrire un paragraphe en développant la première idée.
  • 4ème tâche : développer la seconde idée…
  • vous pouvez les subdiviser davantage.

Cela vous permettra d’une part de rendre une énorme tâche imbuvable, en petites actions faciles à accomplir et d’autre part, savoir par quoi vous devez commencer.

Le plus difficile est souvent le début, car on ne sait pas par quoi commencer. Mais une fois que vous aurez planifié vos tâches et que vous saurez par quoi débuter et par quoi poursuivre, ce sera plus simple. Faites de petites séances de travail séparées de temps de repos.

5)Offrez-vous une récompense

Offrez-vous une petite récompense à la fin de chaque séance pour vous rémunérer du travail fourni. Cela créera comme pour les chiens de Pavlov, un conditionnement. Votre cerveau fera le lien entre séance de travail et récompense. Une fois que cette connexion sera faite, il sera plus facile de commencer une session. Avant chaque séance prévoyez une récompense à la fin, une balade, de la relaxation, une conversation, écouter de la musique…

Cette démarche permettra de stimuler et d’activer votre « circuit de la récompense », ce système qui permet de se motiver et de garantir la survie des êtres humains. Comment se motiver sans une récompense, sans un bénéfice à tirer ?

6)Faire son bureau

Comme pour l’astuce précédente faire son bureau peut créer un conditionnement, qui dit : » je fais mon bureau, donc je travaille ». De plus, cela vous mettra dans de meilleures conditions pour étudier.

7)Just start it

Lorsqu’on a du mal à commencer, on a « la flemme », c’est le début de la procrastination. Si ce fléau vous touche, et que vous vous insufflez de mauvaises pensées telles que «aujourd’hui, je vais profiter, ce soir je ferai tout » ou « ce sera mieux demain »…, ou bien encore que vous stressez juste à l’idée de penser à la lourdeur de la tâche.

Si c’est le cas, l’un des meilleurs conseils est fourni par le professeur Timothy A Pychyl, qui nous dit « just start it » (juste, commence-le). Lorsque nous commençons une tâche qui nous rebute psychologiquement, nous nous rendons souvent compte par la suite qu’elle n’était pas si horrible que ça.

Quelques secondes après le début de notre activité, tous nos doutes s’envolent, pour laisser place à la matière étudiée. Le fait de commencer permet de se lancer pleinement dans la tâche en question.

Donc, lorsque vous ne souhaitez pas faire une tâche, dites-vous : « bon OK, just start it, même si je ne travaille que deux minutes ». Une fois dedans, vous pourrez travailler bien plus que ça.

8)Ayez plus d’énergie

À défaut de ne pas être un grand sportif, faites un minimum d’effort pour avoir de l’énergie. Bougez ne serait-ce que pendant sept minutes avec l’application « 7 minutes workout ».

Le sport a un rôle important, car un manque d’énergie influe négativement sur la motivation. De plus, le sport favorise la sécrétion de la dopamine, l’hormone du plaisir qui aide à se motiver. Si vous ne faites pas de sport, faites au moins une balade avant pour vous motiver à travailler ou des jumping jacks. Faite circuler votre sang 🙂

 

9)Écouter de la musique

Écouter de la musique peut vous motiver à vous mettre à l’action.

Néanmoins, la musique ne fonctionne pas pour tout le monde. Certain aime écouter de la musique en travaillant, d’autre aime un petit fond sonore et d’autre ne la supporte pas et n’arrivent pas à se concentrer. Testez l’astuce en variant le style de musique et le niveau sonore.

Personnellement, j’écoute parfois une musique de motivation épique de manga, quel mélange foudroyant ! ☺

À défaut d’aimer le style, qui est une question de gout et de couleur, cette musique a le mérite de me motiver. Pour les curieux, vous pouvez la trouver sur YouTube en inscrivant le titre, « Best Naruto Soundtracks ► Epic Battle Music Collection »

 

10)La concurrence amicale

La dernière astuce que je vous propose si vous avez du mal à vous motiver est la concurrence amicale. Si vous avez un grand esprit de compétition, l’astuce est justement de se mettre en mode combat.

Faites la concurrence avec un ou des camardes, en pariant sur le premier qui termine, ou sur celui qui obtiendra la meilleure note. Un hack super efficace, qui transforme un « travail fastidieux » en jeux amusants. L’argent n’est pas le seul enjeu, à vous d’être créatif.

C’était Yassine Rezougui pour « Comment se motiver pour étudier lorsqu’on n’a plus aucune motivation ?», j’espère que ce partage vous aura été utile.  Si vous préparez des examens, je vous invite à consulter l’article « Comment réussir son bac, BTS… 7 astuces pour réussir ses examens ». En attendant, développez vos connaissances, mettez-les en pratique et enseignez-les aux gens, pour un monde meilleur. See you, by.


Vous pourriez également être intéressé par les articles suivants :

 

Le bruit blanc peut-il aider à améliorer votre concentration ?

Après un article sur la musique, Alexis vous propose dans ce second article invité de découvrir le bruit blanc.


Lorsqu’il faut se concentrer pour réaliser une tâche qui demande un maximum de capacités cérébrales, on cherche souvent à s’isoler, ou à masquer les causes de déconcentration environnantes par de la musique.

Il existe une solution apparemment  encore plus efficace : c’est le bruit blanc.

Qu’est ce donc que le bruit blanc? Et depuis quand est-ce que le bruit peut avoir une couleur?

Pour répondre à cette question il faut tout d’abord se rappeler ce qu’est un son. Ce sont des vibrations de l’air, générées par la source sonore. Celles-ci se propagent jusqu’à nos tympans, qui sont excités par ces variations de pression. Nous traduisons ensuite ces vibrations en son.

Les instruments de musique, mais également nos cordes vocales, créent des sons en faisant vibrer l’air à des fréquences bien déterminées. Dans le cas d’une guitare par exemple, c’est en faisant varier la longueur le la corde qui peut vibrer que l’on modifie la note produite. En effet , raccourcir la corde impose à celle-ci de vibrer à une fréquence plus élevée, et la note nous parait donc plus aiguë.

La vibration d’une corde de guitare d’une certaine raideur et longueur se fait à une fréquence régulière, et c’est comme cela que l’on produit une note. La corde qui est mise en vibration selon un signal sinusoïdal, reproduit cette vibration à l’air. On a là une note, quelque chose de régulier, que notre cerveau identifie.

Et si on veut que notre cerveau arrête d’identifier des notes pour se concentrer à fond sur  la tâche qu’on lui demande?

Il  faut « dissoudre » les bruits environnants dans un signal de fond neutre.

Et le bruit blanc c’est ça: un signal sonore sans fréquence particulière. Aucune rythme, juste de une compilation aléatoire de vibrations de l’air sans fréquence régulière qui se démarque plus que les autres.

Le bruit rose et le bruit brun sont des variations particulières du bruit blanc, pour lesquels la densité de répartition en fréquence est plus importante dans les graves. Ces bruits sont aussi parfois utilisés pour masquer l’environnement. L’efficacité d’un traitement au bruit blanc, rose ou brun a été démontré pour soulager les acouphènes.

Selon une étude de l’université de Chicago, l’écoute de bruit blanc à volume modéré permet une amélioration de la créativité.

A haut volume par contre, tout bénéfice est perdu. Aucun gain sur la concentration n’a pas pu être  explicitement démontré. C’est plutôt le contraire qui est mis en avant : une perte de fonctions cognitives et capacités mentales.

Cependant si l’on veut doper sa concentration il est possible d’utiliser le bruit blanc, mais pas au moment où l’ on doit se concentrer. Il vaut mieux l’utiliser lors de son sommeil. En effet, de par sa fonction de neutralisation des bruits environnants, il permet de ne pas être dérangé pendant la nuit. Il existe de nombreuses machines de bruit blanc dont le seul but est de générer le signal aléatoire. Il suffit alors de lancer la machine au coucher.

Il est tentant de se fier à cette méthode, mais avant d’acheter un appareil dédié, il est possible d’essayer sur son matériel hifi existant. Il est préférable d’avoir pour cela une chaine hifi dans sa chambre, ou alors une enceinte portable de qualité qui sera capable de reproduire tout le spectre sonore à une puissance uniforme.

De nombreux sites internet proposent des générateurs de bruit blanc que l’on peut laisser tourner toute la nuit depuis son pc ou un appareil mobile connecté à l’enceinte.

L’acclimatation peut être difficile pour certains, et il est tout de même conseillé de consulter un médecin avant de se lancer dans l’expérience.

Article  Alexis de Texxis.com


Remarque de Cindy :

Personnellement, je ne suis pas capable de dormir avec un bruit blanc. Je trouve cela très fatiguant mentalement. Je ne recommande pas le bruit blanc pendant le sommeil ni pendant que vous étudiez. Rien de tel que le silence. Mais à chacun de tester ce qui lui convient. Si vous êtes dans un environnement extrêmement bruyant et qu’il ne vous est pas possible de le changer, cela peut être une solution à expérimenter. Dans ce cas , je vous conseille des bruits de la nature comme le bruit des vagues. Vous trouverez des vidéos de bruit blanc sur Youtube.

Je suis curieuse de connaitre votre avis dans les commentaires.

Vous pourriez être intéressé par les articles :

 

Enregistrer

Comment gérer votre temps de façon optimale?

Vous plaignez-vous de manquer de temps pour accomplir vos travaux, synthèses, exposés,… ? Vous trouvez-vous dépassé par les événements ? Avez-vous l’impression de tourner en rond ou d’être bloqué sur place, fatigué et stressé à courir sans cesse ?

étudiant débordé

Je vous propose d’améliorer votre quotidien en explorant quelques pistes permettant de redevenir maître de votre emploi du temps.

1.  Créez-vous de fausses urgences

Selon la loi de Parkinson, le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement. Veillez donc à limiter vos délais de production, vous accomplirez ainsi vos tâches plus rapidement.

Ex : Imaginez que vous êtes à la veille d’un congé programmé dans un endroit qui vous fait rêver et que vous ne pouvez y accéder que si vous réalisez vos tâches rapidement et efficacement.

2.  Fixez-vous des objectifs précis et mesurables

Si vous ne savez pas ce que vous voulez, vous ne serez jamais satisfait. Prenez donc le temps de définir vos objectifs et de les mettre par écrit.

Ex : Réalisez un planning de travail indiquant clairement vos objectifs en matière d’organisation en tenant compte de vos priorités. Indiquez-y les plages horaires consacrées à l’étude, aux devoirs, à la synthétisation de vos notes, aux pauses et repas, aux activités de loisirs, … en précisant pour chacune une durée à la fois ambitieuse et réaliste.

« Si vous n’avez pas de buts clairs et précis, vous travaillerez toujours pour ceux qui en ont. » Brian Tracy

3.  Focalisez-vous sur les actions les plus productives

La loi de Pareto met en avant le principe du 20/80. Autrement dit, 20% de nos efforts génèrent environ 80% des résultats. Il est donc dans votre intérêt d’identifier vos actions les plus productives et de vous focaliser sur elles.

Ex : Utilisez les stratégies d’apprentissage qui vous procurent les meilleurs résultats : réaliser vos synthèses de cours sous forme de Mind Map, réviser dans une ambiance musicale, enregistrer vos notes pour ensuite les écouter, …

4.  Éliminez les mangeurs de temps

Certaines habitudes peuvent vous faire perdre du temps. Il faut donc apprendre à vous couper progressivement des sources de distraction, telles que :

  • la télévision : Plutôt que de la laisser en bruit de fond, éteignez-la quand vous ne la regardez pas et planifiez vos moments télé. ⇒ Ex : Allumez la télévision de 13h à 13h30 pour les actualités et à partir de 20h pour le film du soir.
  • les mails : Privilégiez un moment de la journée pour consulter votre messagerie électronique. ⇒ Ex : Traitez vos mails en fin de journée.
  • le téléphone portable : Mettez-le en silence de manière à ne pas être interrompu à tout moment par une sonnerie et procédez comme vous le faites avec vos mails. ⇒ Ex : En fin de matinée et en fin d’après-midi, écoutez votre répondeur et répondez aux messages reçus.
  • les réseaux sociaux : Évitez de vous y connecter tant que vous n’avez pas accompli vos tâches principales. ⇒ Ex : Laissez votre smartphone dans une autre pièce pour éviter d’être tenté.
  • les jeux informatiques : Il s’agit de moyens d’évasion desquels vous pouvez rapidement devenir dépendant. Veillez donc à ne pas en abuser en limitant votre temps de jeu. ⇒ Ex : Utilisez une minuterie pour limiter votre temps de jeu à 30 minutes.

Gestion du temps

5.  Définissez vos motivations

En quoi est-ce important pour vous de gérer votre temps plus efficacement ? Répondez à cette question par écrit. Listez les raisons qui vous motivent à changer et relisez-là régulièrement.

Ex : Avec le temps dégagé, vous passerez plus de temps avec vos amis et votre famille, reprendrez une activité sportive, vous inscrirez à un atelier créatif, dormirez une demi-heure de plus, …

« Ne perdez pas trop de temps à avoir envie de …, à essayer de faire …, faites-le ! » Jacques Salomé

Les bienfaits d’une gestion du temps optimale

En optimisant peu à peu la gestion de votre emploi du temps :

  • vous atteignez vos objectifs plus efficacement;
  • vous ressentez davantage de satisfaction au quotidien;
  • vous augmentez votre confiance en vous et votre estime;
  • vous êtes capable d’accomplir plus de tâches en faisant moins d’effort;
  • vous vous sentez plus concentré et serein;
  • votre productivité augmente et vos résultats s’améliorent;
  • vous disposez de plus de temps libre pour vous, vos proches, vos loisirs.

étudiants épanouis

Se débarrasser de ses habitudes demande discipline et efforts. Soyez prêt à sortir de votre zone de confort. Procédez progressivement aux changements, modifiez une habitude à la fois et laissez-vous le temps de vous y adapter. C’est ainsi que vous obtiendrez des résultats durables.

Article Sarah Racquet

Vous pourriez également être intéressé par :

Enregistrer

Mémoriser avec le Mind Mapping

Interview de Xavier Delengaigne

Xavier est consultant/formateur en management de l’information. Il est également l’auteur  ou coauteur de plusieurs livres sur la veille, le mind mapping et les communications électroniques.

Si vous ne connaissez pas le Mind Mapping, je vous invite à commencer par l’article « Qu’est-ce que le Mind Mapping ? »

Vous pouvez lire la première partie de cette interview « Ecrire un livre avec le Mind Mapping » sur le blog créativité.

La seconde édition de « Mémoriser sans peine avec le Mind Mapping » vient de sortir. Que proposes-tu de différents par rapport aux livres de Tony Buzan ?

Tony Buzan a une approche assez classique de la mémoire. Il vous propose de muscler votre mémoire et de lui porter secours grâce aux méthodes mnémotechniques. Or, nous n’avons pas une mais plusieurs mémoires. De plus, muscler sa mémoire reste un peu illusoire. L’exemple, le plus frappant reste l’étude des taxis londoniens. Ils doivent apprendre pas moins de 25 000 rues dans une ville qui se redessinent chaque jour. Il développe ainsi une bonne mémoire spatiale. Toutefois, ils ne seront pas meilleurs pour apprendre des poésies.

D’autres auteurs comme David Allen l’auteur de la méthode GTD ont une approche pragmatique. Pour eux la mémoire est labile. Vous devez donc disposer d’un système pour capter les informations. De plus, ce déstockage de votre mémoire sur un support externe permet de se vider l’esprit.

Dans mon livre, j’aborde ces deux approches à l’aune des connaissances scientifiques actuelles. J’y propose une troisième approche fondée sur le mind mapping qui réconcilie les deux premières approches. En effet, la carte mentale est un formidable moyen de mémoriser l’information à l’aide d’un support externe.

Voici ma synthèse du livre :

Beaucoup d’étudiants ont tendance à trop écrire sur leur Mind Map par peur d’oublier. Que conseilles-tu ?

Je leur conseille de procéder par étapes.

Dans un premier temps, vous pouvez écrire des bouts de phrases sur vos branches. Ensuite, vous réalisez une seconde carte plus synthétique.

Je leur conseille également de disposer d’un objectif avant de démarrer leur prise de notes. En effet, vous n’êtes nullement obligé de capter toute l’information. Vous pouvez seulement capter les informations en rapport avec votre objectif.

Enfin, je peux leur prodiguer un conseil issu de la méditation : le lâcher prise. Ne restez pas dans un logique de stockage mais dans une logique de flux.

Pourrais-tu nous dévoiler un petit exercice de ton livre ?

Mon livre « Mémorisez sans peine » est truffé d’exercices pour vous aider à prendre conscience des mécanismes de votre mémoire.

Je vous propose par exemple un exercice pour jauger votre mémoire à court terme : 

Prenez une feuille et un crayon. Lisez la liste de mots suivants pour la mémoriser. Ensuite, notez sur la feuille les mots retenus.

  1. Piment
  2. Chapiteau
  3. Siège
  4. Mariage
  5. Pakistan
  6. Minéral
  7. Caribou
  8. Zélateur
  9. Mirage
  10. Faribole
  11. Ordinateur
  12. Chambre
  13. Habit
  14. Sécurité
  15. Écharpe

A priori, vous avez retenu entre 5 et 9 mots. Ce chiffre évalue la capacité de votre mémoire à court terme. C’est tout à fait normal, le psychologue Miller a montré que sans entraînement et sans technique, la capacité de notre mémoire à court terme se situe entre 5 et 9 éléments distincts.

Pour aller plus loin :

Saviez-vous que le Mind Mapping est aussi un outil efficace pour gérer vos projets professionnels ? Inscrivez-vous gratuitement à la conférence « Boostez la création de votre entreprise avec le Mind Mapping ! »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Planifier ses révisions pour une approche positive des évaluations

Tu as reçu ton horaire… la session d’examens de juin approche à grands pas !

Pour augmenter tes chances de réussite, c’est une période à bien planifier.

Planifier, c’est prévoir et organiser le temps et la réactivation de l’ensemble de tes apprentissages, en vue de bien les utiliser lors des évaluations.

Pose-toi les bonnes questions et tu verras que cette période deviendra moins stressante !

  1. Vérifie l’ordre de tes cours

  • Ne te manque t-il rien ?
  • Mes feuilles de cours sont-elles bien classées ?
  • Mes notes personnelles sont-elles fiables ?

Tes cours en ordre te feront gagner un temps considérable lors de ton étude…c’est la première étape à ne pas louper !

  1. Réalise ou continue tes synthèses

  • Dans quel cours je n’ai pas encore démarré mes synthèses ?
  • Quelles synthèses sont en cours ?

Tes synthèses terminées, tu auras une vision claire et précise de la quantité de matière que tu devras assimiler. De plus, le fait d’avoir réalisé tes synthèses, ta mémoire a déjà assimilé une partie des informations.

  1. Vérifie que tu as tout compris

  • Ai-je compris toute la matière ?
  • Y a-t-il des chapitres qui me paraissent moins clairs ?

La période des révisions te permet de poser toutes tes questions au professeur. Il ne faut pas attendre la veille des examens pour le faire. Si tout est compris, tu ne perdras plus de temps dans ton étude.

  1. Sois attentif en classe afin de ne pas louper les dernières informations relatives aux examens

  • Sur quoi insiste le professeur ?
  • Quelle est la matière à étudier ?
  • A quoi dois-je m’attendre comme type d’examen ?

Être au clair avec ce que le professeur attend de toi aux examens, diminue le stress et ta préparation sera facilitée.

  1. Travaille et revois plusieurs fois la matière

Ta mémoire a besoin de répétitions et elle aime que tu utilises tes cinq sens.

  1. Entraine-toi à faire des exercices

  • Ai-je compris la théorie ?
  • Ai-je compris comment j’ai réalisé l’exercice ?

Pour réaliser les exercices d’une cours, il est nécessaire que tu aies étudié la théorie auparavant. Les exercices permettent de montrer que tu as bien compris et que tu n’as pas étudié par cœur uniquement.

  1. Fais des simulations d’examens

Invente des questions à partir de tes cours et de tes évaluations, récite ta matière à quelqu’un de ta famille. Analyse tes erreurs et revois la matière qui n’est pas acquise.

  1. Projette-toi positivement

  • Ai-je préparé tout le matériel nécessaire pour le jour de l’examen ?
  • Ai-je lu attentivement les consignes de l’examen ?

Si tu as bien préparé tes examens, tu t’y rendras confiant, serein et surtout sans stress !

A toi de jouer :

Poursuis les étapes et réalise dès maintenant le planning de tes révisions.

  1. Si tu as 2 semaines de révisions : prends 2 feuilles et trace un tableau de 7 colonnes sur chacune des feuilles.

Chaque colonne représente un jour de la semaine. Note toutes les dates.

  1. Divise chaque colonne en plusieurs cases. Une case représente 1 heure.

Exemple : tu te lèves tous les jours à 7h à ta première case commencera à 7h et tu vas dormir à 22h à ta dernière case sera 22h.

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi dimanche
7h00
8h00
9h00
10h00
11h00
12h00
13h00
14h00
15h00
16h00
17h00
18h00
19h00
20h00
21h00
22h00
23h00

3. Dans les cases et en fonction des jours, indique tes activités fixes

  • Heure de lever
  • Heure de coucher
  • Trajet scolaire
  • Heure de cours
  • Loisirs/sport/ RDV médicaux/ …
  • Derniers devoirs et évaluations avant les examens

4. Dans les cases restantes, indique ton temps de travail pour tes révisions
Pour cette étape, tu dois prendre en compte de plusieurs éléments :

  • L’horaire de tes examens
  • La quantité de matière à étudier par cours
  • Les difficultés rencontrées dans certaines matières
  • Du temps pour relire une dernière fois les cours
  • De ton besoin de pause, de sommeil et de détente.

Dernières petites recommandations :

  • Aménage-toi un lieu de travail propice à ta concentration ;
  • Ton planning de révision doit être souple. Prévois des jours de réserve et tu peux adapter ton planning en cours de route ;
  • Ton planning est un guide qui te permet d’avoir une vue d’ensemble des tâches à réaliser ;
  • Tu devras, certainement, réduire tes activités extrascolaires durant cette période ;
  • Respecte une bonne hygiène de vie : dors bien, mange bien, aère-toi de temps en temps, bouge et détends-toi, bois de l’eau en suffisance ;
  • Et enfin, prends plaisir à apprendre et sois confiant dès le début de tes révisions. Imagine la fierté et la satisfaction de ta réussite.

Article Violaine Baix

Vous pourriez également être intéressé par les articles :

Devenez un apprenant efficace en mettant en place les stratégies adaptées à votre profil d’apprentissage.

Enregistrer

Sketchnote : une prise de notes sans prise de tête

Êtes-vous à l’aise lorsqu’il s’agit de prendre des notes ou est-ce un exercice que vous redoutez ? Recherchez-vous une méthode qui vous convienne davantage ? Avez-vous envie de varier votre prise de notes suivant les matières enseignées ?

Lors d’un cours, une réunion ou une conférence, prendre des notes peut s’avérer un exercice complexe. Il s’agit d’écouter et écrire simultanément tout en capturant les informations importantes.

Pour être efficace, il est préférable de choisir l’outil (support papier, support numérique,…) ainsi que la méthode de prise de notes (linéaire ou non) qui vous conviennent le mieux.

prendre note

Dans cet article, je vous propose de découvrir une méthode de prise de notes dynamique, ludique et accessible à tous : le sketchnote.

Qu’est-ce que le sketchnote ?

Le sketchnote permet d’exprimer des idées visuellement grâce à un ensemble de mots, dessins et formes tout en alliant créativité et logique.

Véritable carte visuelle des idées, le sketchnote stimule le corps et l’esprit en combinant écoute, vision et réflexion.

Réveillez l’enfant qui sommeille en vous

Nul besoin d’être doué pour le dessin, munissez-vous simplement d’un carnet et d’un stylo. L’objectif est d’exprimer des idées sans vous soucier de la qualité artistique de votre création.

Dessinez tout ce que vous voulez grâce à cinq éléments de base :

les 5 éléments de base

Procédez en 3 phases continues : écouter – synthétiser – visualiser

  1. Ecoutez activement: concentrez-vous sur les paroles de l’orateur et évitez les sources de distraction.
  2. Adoptez une vision d’ensemble et capturez les idées essentielles.
  3. Réfléchissez à leur signification et transformez-les en une carte visuelle structurée à l’aide de phrases ou de mots-clés, dessins, listes à puces, flèches, symboles, …

Et surtout, lâchez prise ! Faites-vous confiance et dites-vous que vous pourrez toujours adapter votre travail par la suite.

« Les idées complexes sont souvent plus simples à exprimer sous forme de dessin. »

Comment structurer votre sketchnote ?

Il s’agit d’organiser les informations suivant leur importance grâce à un titre, des sous-titres, une numérotation, une liste à puces, l’accentuation de certains mots en gras et/ou en majuscules, …

Voici un exemple sur le thème du brainstorming.

Sketchnote-Brainstorming
Source : Danser sur la toile

Les avantages du sketchnote

Cette technique de prise de notes permet de :

  • se concentrer sur l’instant présent car vous êtes actif: vous écoutez, analysez et dessinez ;
  • synthétiser et structurer l’information selon vos besoins: vous choisissez votre style de dessin et d’écriture, votre façon d’exprimer des idées ;
  • analyser et mieux comprendre l’information ;
  • faire des associations entre les informations ;
  • mémoriser efficacement car elle sollicite les 2 hémisphères de votre cerveau.

« Saisissez chaque occasion pour vous améliorer. »

Six astuces lorsque vous débutez

  1. Entraînez-vous : dessinez des mots et des phrases pour le plaisir.
  2. Commencez par de petits dessins très simples en utilisant les cinq éléments de base.
  3. Progressez pas à pas: réservez un petit espace sur votre feuille pour essayer le sketchnote durant votre prise de notes habituelle.
  4. Réalisez un sketchnote unicolore dans un premier temps, vous y ajouterez des couleurs lors de la phase de relecture.
  5. Relisez votre sketchnote en fin de journée afin de le compléter et d’y mettre des couleurs pour accentuer certaines parties.
  6. N’hésitez-pas à le comparer à la prise de notes de vos amis ou collègues surtout au début de votre pratique.
scketchnote exemple
Source : See your words

Au plus vous pratiquerez, au plus vous améliorerez votre capacité à écouter, à capturer les idées, à les structurer sous forme de sketchnotes. C’est en explorant que vous trouverez votre propre voie et développerez votre propre style et votre langage visuel.

Tentez l’expérience et surtout amusez-vous !

Article Sarah Racquet

Vous pourriez également être intéressé par :

Des livres pour en savoir plus :

Enregistrer

Comment profiter de chaque instant de la journée pour apprendre ?

Je vous présente aujourd’hui un article invité de Sylvain Zuchiatti.

Vous avez soif de connaissance et pourtant vous n’avez pas vraiment le temps pour apprendre ?

Avec le rythme effréné du quotidien, nous n’avons pas forcément le loisir de nous accorder un petit moment de détente ou de plaisir pour assouvir notre soif de connaissance.  Que ce soit pour apprendre à cuisiner un plat, découvrir une nouvelle culture et langue et bien d’autres encore, notre temps ne nous permet pas de donner satisfaction à notre curiosité. La seule solution que l’on pourrait trouver serait de pouvoir être multitâche, ce qui nous ferait gagner un temps précieux, surtout si on lit plutôt lentement.

Pour cela, il n’y a rien de mieux qu’un podcast pour nous ouvrir l’esprit tout en nous laissant le temps de nous adonner à nos activités quotidiennes.

Les podcasts, source du savoir à tout moment

Les podcasts sont aujourd’hui monnaie courante pour s’instruire.

Douce mélodie aux oreilles des assoiffés de savoir, les podcasts sont les outils adéquats pour les personnes qui manquent cruellement de temps, mais qui désirent pourtant apprendre sur tout et rien.  Avec une bibliothèque bien remplie, il est facile d’apprendre sur tous les domaines d’autant plus que les podcasts traitent de presque tout que ce soit de l’histoire, de la technologie, de l’économie, de la cuisine, des langues, et bien d’autres encore, le tout est de savoir où trouver les bons podcasts.

Comment trouver facilement les podcasts qui nous intéressent ?

Dans la chasse au podcast, il est facile de ne plus se retrouver tant les podcasts touchent à tous les sujets et qu’il en existe par millier sur la toile. Mais pour faire une recherche fructueuse des meilleurs podcasts, il est nécessaire de définir ce que l’on veut apprendre ou écouter. Par exemple pour l’apprentissage et le perfectionnement de l’anglais, les podcasts de Business English Pod sont d’excellent moyen d’améliorer son anglais tandis que les sites tels que  BFM sont d’excellentes sources de podcast pour le monde économique et politique.

Pour retrouver des podcasts plus génériques, Itunes est la principale source en anglais comme en français même s’il faut chercher un peu plus. la liste des podcasts itunes se trouve sur cette page. Pour vous aider dans cette recherche, vous pouvez vous référer à ce classement des meilleurs  podcasts français du mois.

image écoute

Une autre solution est de se référer à des sites spécifiques dans le domaine que vous désirez approfondir. Vous avez ainsi le choix d’effectuer vos recherches sur le web en consultant des moteurs recherches pour trouver des podcasts répondant à vos attentes. Mais à titre générique, je vous conseille également le site de podradio.fr pour retrouver tous les meilleurs podcasts en français, quel que soit le domaine qui vous intéresse.

Pour les plus jeunes, YouTube regorge de podcasteurs intéressants d’autant plus que vous avez plusieurs chaines à votre disposition. L’écoute de chaines Youtube en podcast est possible mais ne se fait pas directement et nécessite un peu de réglages préalables, pour cela vous aurez besoin de YTPodcaster (ainsi qu’un peu d’aide)

Pour ma part, j’ai un petit faible pour les podcasts de point cultures que vous pourrez retrouver sur la chaîne du Youtubeur LinktheSun. Entre blagues plutôt amusantes et les différents sujets qu’il traite, ses podcasts sont à la fois divertissant et intéressant. Dans un registre un peu plus sérieux, la chaîne de DataGueule est également une excellente source d’information et de culture à consommer sans modération.

Quand écouter un podcast ?

L’on pourrait toujours se poser cette question : à quel moment écouter des podcasts qui vous intéressent ?

Pour répondre à cette question, il faut savoir que durant notre journée, nous disposons de temps libre parfois inexploité comme quand :

  • on est coincés dans un embouteillage
  • pendant le trajet en métro,
  • on fait du sport en extérieur tel que la course ou le vélo
  • on fait le ménage

Le fait est que si nous mettons à profit ces temps morts, nous pouvons obtenir d’excellents créneaux pour nous instruire davantage avec les podcasts. À cet effet, vous pourrez amplement apprécier une petite écoute de votre podcast durant ces moments de la journée.

Vous pouvez également choisir  d’écouter une parcelle de votre podcast durant votre pause déjeuner. De cette façon, vous nourrirez à la fois votre corps et votre esprit. Il est à noter toutefois que les mauvais moments pour écouter un podcast sont les périodes où vous aurez besoin d’une concentration maximale. Écouter des podcasts durant les heures de bureau est donc à proscrire dans vos habitudes. Préférez les moments où votre attention n’est forcément requise pour un maximum d’efficacité.

De quoi avons-nous besoin pour écouter des podcasts ?

Pour écouter des podcasts, tous vos appareils mobiles, que ce soit votre tablette ou votre Smartphone suffisent amplement. Ces appareils disposent généralement d’applications pour écouter des podcasts. Il vous suffira de trouver ou copier le lien RSS du podcast que vous désirez écouter. Que ce soit sur Android, iOS ou encore Windows Phone, ces appareils de nouvelles générations disposent déjà de tout ce qu’il faut. Si cela n’est pas le cas, vous pouvez aller sur le playstore, ou encore sur l’Apple Store pour télécharger une application de podcast.

Dans une moindre mesure, votre ordinateur portable est également un appareil qui pourrait vous servir pour écouter des podcasts bien que cela ne soit pas vraiment pratique puisque vous n’avez plus de mobilité. Lorsque tout est opérationnel pour votre appareil, il vous faudra également choisir de bons écouteurs ou casques. Pour ma part, je vous suggère des casques avec réduction de bruit qui permettent une bonne isolation phonique. Cela vous permettra de vous immerger dans votre podcast et vous aidera ainsi à mieux retenir toutes les informations que vous écouterez.

image casque écoute

Comment retenir ce que l’on écoute ?

La question est maintenant de savoir comment on pourra retenir quelque chose de ce que l’on écoute. Bien entendu si c’est simplement du divertissement, aucun problème mais si c’est pour réellement apprendre quelque chose il vous faudra un peu plus d’attention. La solution la plus simple est d’avoir de quoi écrire que ce soit votre tablette, votre Smartphone ou un simple papier, pour prendre des notes exhaustives de ce que vous écoutez. Cela vous permettra de retenir plus facilement ce que vous entendez. C’est également un moyen d’ancrer plus facilement les informations que vous entendez.

Que faudra-t-il retenir de tout cela ?  Pour apprendre en tout lieu et en tout temps, les podcasts sont d’excellents alliés. Facile à trouver  et touchant à plusieurs domaines, les meilleurs podcasts se trouvent généralement sur des sites se réfèrent au domaine que vous désirez apprendre. À consommer sans modération durant vos temps morts, les podcasts vous feront économiser du temps.

Article Sylvain Zuchiatti

Merci, Sylvain. Pour ma part, je trouve les podcasts intéressants pour s’informer sur un sujet. Lorsque l’on veut réellement mémoriser, cela demande plus de concentration (donc une chose à la fois), de prendre des notes (Mind Maps, dessins…) et d’utiliser ce que l’on a appris. Donc il faudra réécouter les podcasts qui nous intéressent le plus et mettre en place des stratégies d’apprentissage. Cindy

Enregistrer

La méthode du KANBAN pour une meilleure gestion de son temps

 

image to-do-list

Qui n’a jamais eu 36 choses à faire … en même temps et sans savoir par où commencer ?

Que ce soit des tâches professionnelles comme envoyer un mail, préparer une réunion, rédiger un document, etc. ou des tâches quotidiennes comme les courses, prévoir des rendez-vous médicaux, le repassage, etc.

Alors, il y a les rois de la procrastination qui reporteront la plupart des activités et qui stresseront à l’idée de devoir travailler tard la nuit pour honorer les échéances. Et d’autres qui prévoient un planning, un agenda, une liste des activités prioritaires étalés sur une semaine pour une meilleure visibilité et moins de stress !

La technique du KANBAN

Étant une adepte de l’organisation et de la planification, j’ai découvert la technique du KANBAN. Je l’utilise autant pour mes activités personnelles que professionnelles. Je la propose aussi aux jeunes que j’accompagne dans le cadre d’ateliers sur la méthodologie de travail.

Cette technique trouve son origine au Japon. KANBAN signifie « étiquette », « carte ». La méthode a été introduite par Toyota pour assurer la gestion autonome d’équipes de travail.  Ces équipes s’échangeaient constamment des fiches sur l’état d’avancement de leurs tâches afin de permettre un travail en flux tendu.

Pierre Mongin, précurseur dans l’utilisation des Post-It et de la méthode KANBAN propose une adaptation simple et efficace pour tous :

Matériel :

  • Un poster ou tableau ou feuille A3
  • Des Post-It de différentes couleurs
  • Stylo

 

Comment ça fonctionne ?image cahier de post-it

Sur le support (poster, tableau, affiche)

  • Tracez 3 colonnes verticales:
    • A démarrer
    • En cours
    • J’ai terminé

Prenez un Post-It et écrivez une seule tâche pour ensuite le coller dans la colonne à démarrer ou en cours. Faites la même chose pour toutes vos tâches. Vous pouvez changer de couleur de Post-It en fonction de critères que vous définissez (tâche à réaliser seule ou en groupe, niveau d’urgence, cours scolaires différents, etc.)

Au plus, les Post-It se déplaceront vers la colonne « en cours » au plus la motivation sera grande pour terminer vos tâches !

image kanban

Variantes

  1. Si vous avez plusieurs tâches à réaliser dans plusieurs domaines,
  • Tracez une ou plusieurs colonnes horizontales :
  • Famille
  • École
  • Boulot
  • Divers

Dans ce cas, utilisez les Post-It de couleurs pour différencier les domaines.

  1. Au lieu de découper en 3 colonnes votre support, vous pouvez aussi le découper avec les jours de la semaine et coller vos Post-It (tâches) sur le jour où cela doit être effectué. Dans ce cas, lorsqu’une tâche est réalisée, enlevez le Post-It…vous vous verrez avancer !

Cette méthode du KANBAN peut être utilisée par tous les membres de votre famille selon des modalités différentes :

  • De 6 à 10 ans, votre enfant va réaliser son KANBAN sous votre œil attentif de parent (à mettre sur le frigo, par exemple). Il peut l’utiliser pour y indiquer ses tâches à la maison, ses devoirs, ses loisirs. Par cette dynamique, vous lui permettez d’acquérir peu à peu son autonomie ;
  • De 12 à 15 ans, le KANBAN va se déplacer dans la chambre de vos adolescents et ils utiliseront la variante « semainier » pour planifier leurs devoirs et leçons. Vos pouvez proposer de compléter, d’ajuster le KANBAN si vous estimez qu’il n’est pas réaliste ;
  • De 15 à 18 ans, le jeune va plutôt utiliser le KANBAN pour planifier sa session

    d’examens sur plusieurs semaines. Il gère son KANBAN de manière autonome.

image post it

A vous de jouer !

Vous êtes étudiant et vous voulez vous tester au KANBAN, voici un exercice pour vous :

  • Préparer votre matériel (support, Post-It de couleurs, stylos)
  • Les tâches à réaliser sont :
    • Lecture d’un roman pour le 24 novembre
    • Interrogation de mathématiques tous les jeudis
    • Activité scoute tous les dimanches
    • Hockey le mardi et jeudi de 17h à 19h
    • Rangement dans la chambre
    • Devoir de sciences chaque lundi et interrogation un vendredi sur 2
    • Visite à grand-mère le mercredi après-midi
    • Grasse matinée le samedi matin jusque 12h
    • Vider le lave-vaisselle le jeudi après les cours et mettre la table le vendredi soir
  • Dans ce cas précis, utilisez un semainier pour 2 semaines

Vous avez une semaine chargée au boulot mais aussi à la maison, réalisez votre propre KANBAN !

  • Choisissez votre propre support
  • Choisissez votre variante (semainier ou les 3 colonnes)
  • Munissez-vous de Post-It de couleurs et de stylos
  • Complétez vos Post-It et placez-les sur votre support
  • Une fois terminé,  n’hésitez pas à prendre une photo afin de garder une trace.

Pour aller plus loin

Article de Violaine Baix

Découvrez plus d’astuces pour mieux vous organiser dans la formation en ligne « Gérez votre temps et gérez vos priorités ».

Enregistrer