Grossesse semaine 12

Publié par Cindy le

grossesse12

Dépistage prénatal de la trisomie 21

Le dépistage se fait sur base de deux prises de sang  et d’une échographie qui mesure la clarté nucale (mesure de l’épaisseur des tissus du cou du bébé).

Ces tests n’ont pas valeur de diagnostic. Ils permettent de faire un calcul de la probabilité des risques. Ils ne permettent donc pas d’affirmer que le bébé est en bonne santé ou qu’il a une malformation. Si la probabilité est égale ou supérieure à 1/300, on va vous proposer l’amniocentèse. Même quand le risque est élevé, la majorité des femmes ont un résultat normal à l’amniocentèse.

L’amniocentèse

L’amniocentèse est une analyse permettant de déceler les malformations chez le foetus. On prélève un échantillon de liquide amniotique à l’aide d’une longue aiguille.

C’est donc une méthode invasive. Il y a des risques de toucher et de blesser le foetus ainsi que des risques de fausse couche (1/200). L’aiguille étant un corps étranger, votre corps pourrait provoquer des contractions pour s’en débarrasser.

Si vous avez entre 36 et 39 ans, le risque d’avoir une fausse couche est plus ou moins équivalent à celui d’avoir un enfant trisomique. Si vous êtes plus jeune, vous avez donc plus de risque de faire une fausse couche avec l’amniocentèse que d’avoir un bébé avec une anomalie (1/1500 à 20 ans, 1/900 à 30 ans, 1/384 à 35 ans, 1/112 à 40 ans).  A vous donc de décider si cela en vaut la peine.

Même si les risques sont faibles, ce genre d’examen peut provoquer beaucoup d’émotions et d’inquiétude pendant l’attente des résultats (10 à 20 jours après le prélèvement).

Pourquoi j’ai décidé de ne pas faire ces tests ?

Je considère l’accouchement comme une étape normale. Je ne vois donc pas pourquoi je devrais me soumettre à toute une batterie de tests. Étant opposée à l’idée d’avorter en cas de malformations, je ne vois pas l’intérêt de ces tests. Cela me pose un problème étique, je ne vais pas au supermarché choisir ma marchandise.

Je perçois ces tests plus comme un stress que quelque chose qui pourrait me rassurer.

Ces tests permettent de protéger les médecins en se prémunissant des poursuites judiciaires. C’est pourquoi votre médecin ou sage femme a l’obligation de vous proposer ces tests et peut vous demander de signer un refus si vous ne voulez pas le faire.

Les bonnes questions à vous poser avant d’accepter ou de refuser le test

  • Est-ce que je suis prête à faire l’amniocentèse si les risques du test sanguin sont élevés ?
  • Est-ce que je suis décidée à avorter si le résultat de l’amniocentèse est positif ?
  • Si j’ai décidé de garder le bébé, est-ce que c’est important pour moi de savoir à l’avance afin de pouvoir me préparer (adoption, soins à apporter…) ?
  • Est-ce que faire ce genre de test me rassure ?

Si la réponse à ces questions est « oui », c’est intéressant pour vous de faire le test.

Si la réponse est « non », évitez le stress en faisant un test qui peut vous laisser un doute jusqu’en fin de grossesse.

Références

 

Vos partages d’expériences et questions sont bienvenus en commentaire. Cela me fait plaisir de vous lire.

Pour voir l’ensemble de vos épisodes, c’est par ici.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge